INSOLITE - Le symbole de l’indépendance américaine, dont c’est ce vendredi 4 juillet le 238e  anniversaire, a été entièrement fabriqué en France, et compte une dizaine de répliques dans l’hexagone, dont 5 à Paris.

Pas besoin d’aller à New-York pour la voir… en miniature. Le colosse incarnant aux yeux du monde l’indépendance américaine, obtenue il y a très exactement 238 ans, compte plusieurs répliques, à diverses échelles, en France et dans la capitale.

1/5 : Direction l’île aux Cygnes

La plus connue après l’original. Trois petites années, mais plus de 30 mètres de haut la séparent de la statue américaine. Inaugurée en 1889, cette réplique se trouve à l'extrémité de l'île aux Cygnes à Paris, au niveau du pont de Grenelle, pas très loin des ateliers qui ont vu naître son illustre aînée. Mais sa position initiale, le dos tourné vers les Etats-Unis, ne plaît pas à Auguste Bartholdi. Elle pivotera finalement vers l’Ouest en 1937 au moment de l’exposition universelle, soit 33 ans après le décès du sculpteur.

2 et 3/5 : du jardin du Luxembourg à Orsay

Beaucoup plus petite (2,85m), la réduction en bronze installée dans le palais du Luxembourg, puis dans son jardin en 1906, a été déplacée dans la nef du musée d’Orsay en 2012. Une copie a été posée à sa place peu après.

4 et 5/5 : Un plâtre et un bronze au musée des Arts et Métiers

Elle n’est pas en bronze mais elle pèse son poids. Entièrement réalisée en plâtre, la maquette de construction qui repose dans le Musée des Arts et Métiers fait pas moins de 14 tonnes. C’est elle qu’Auguste Bartholdi utilisera pour réaliser, par agrandissement, la statue de la Liberté new-yorkaise. Le musée accueille également une reproduction, elle aussi en plâtre, échelle 1/16, de 1876. Ce modèle a d’ailleurs servi à réaliser la statue en bronze qui se dresse, depuis 2010, à l’extérieur du musée.

Et la vraie ?

statue liberte deuxElle pourrait limite demander la double nationalité. Car la statue de la Liberté new-yorkaise est à moitié française. Offert aux Etats-Unis pour célébrer le centenaire de leur indépendance, le volumineux monument a été entièrement financé et conçu en France. Sa construction a d’ailleurs été confiée à plusieurs entreprises de la capitale et des alentours. C’est ainsi que les Parisiens du 19e siècle ont pu voir la porteuse de la flamme s’élever du haut de ses 46 mètres des ateliers Gaget-Gauthier, rue de Chazelles (17e arrondissement). Mais la statue, qui devait être livrée en 1876, ne sera érigée sur son socle de Liberty-Island qu'en 1886.

 

 

 

>>>Participez à notre concours photo (sur l'application mobile Scoopshot) en partageant avec nous vos photos des Statues de la liberté (à Paris, comme en province). A la clé: 5€ par photo retenue.

Romain Gouloumès