ENGIE

VIDEO. Cette maison permet de vivre en totale autonomie n’importe où

REPORTAGE La maison Majamaja installée à côté de la station F à Paris est entièrement autonome en énergie et en eau.

Mireille Fournaise

— 

Majamaja restera installée à côté de la Station F jusqu'à fin septembre
Majamaja restera installée à côté de la Station F jusqu'à fin septembre — M.F

Depuis le mois de juin, une petite maison de bois a pris place sur les dalles de béton du parvis Alan-Turing, à Paris. Une installation en toute discrétion puisque cette habitation s’est montée en seulement deux jours et sans faire un seul trou dans le sol. Cette maison autonome franco-finlandaise s’appelle Majamaja et est complètement autosuffisante en eau et en énergie.

Elle a été conçue pour économiser et revaloriser au maximum toutes ses ressources. Ici, les toilettes sont sèches : pas question de perdre quelque 9 l d’eau à chaque fois que l’on tire la chasse… « L’eau de douche et de cuisine est récupérée, traitée et filtrée dans un circuit fermé situé dans le sol de la maison, avant d’être réutilisée », explique Tuomas Autio, cofondateur et directeur de l’entreprise Majamaja. Dans cette maison, on peut donc potentiellement faire cuire ses pâtes avec son ancienne eau de douche, complètement propre évidemment ! « Le système permet de réutiliser 96 % de l’eau usagée. Les besoins sont donc assez faibles », précise le jeune homme. Pour compenser les pertes, un système de récupération d’eau de pluie a été installé sur le toit.

« Majamaja a les performances d’une maison passive »

Sur la toiture se trouvent également dix panneaux solaires reliés à un système de stockage de l’électricité. Ils permettent d’avoir le confort de base : un réfrigérateur et un micro-ondes basse consommation, une télévision, quelques lumières ou encore des prises pour charger les portables. Les plaques de cuisson fonctionnent elles au gaz.

Si un petit chauffage a été installé, Pekka Littow, concepteur et designeur en chef du projet, précise que les habitants n’auront quasiment pas besoin de l’utiliser : « La maison est faite avec un bois très peu traité et donc respire tout en gardant la maison étanche. C’est le meilleur matériau pour avoir une habitation saine. Majamaja a les performances d’une maison passive : en été, elle reste fraîche et, en hiver, elle garde la chaleur. »

« Il faut que l’espace soit compact »

Mais vivre dans un habitat autonome avec seulement 10 panneaux solaires et un système de traitement des eaux nécessite quelques règles. « Il faut que l’espace soit compact », insiste l’architecte. Majamaja fait 25 m² en comptant une mezzanine où l’on accède par de raides marches dites « à la japonaise ». Tous les espaces sont utilisés. Il y a même un rangement intégré sous le plancher. Pourtant, aucune sensation d’étouffement. Sur la façade, une large baie vitrée donne sur une petite terrasse où tiennent sans souci deux transats et une table. « Dans un espace aussi réduit, la vue est très importante », glisse Pekka Littow.

Optimiser un espace réduit ne suffit pas. « Il y a un côté éducatif dans ce projet, ajoute Tuomas Autio. Il faut éteindre les lumières, ne pas surconsommer, avoir conscience que l’énergie et les douches sont limitées, ainsi qu’apprendre à vivre avec les moyens du bord. » Pas la peine de chercher le lave-linge ou le lave-vaisselle : il n’y en a pas.

Elle s’installe n’importe où en deux jours

Des concessions facilement acceptables lorsque l’on imagine ce que l’on pourrait faire avec Majamaja. Construite en kit de seulement vingt éléments, elle s’installe n’importe où en deux jours, même les lieux les plus insolites, non viables ou difficiles d’accès. Pour l’instant les concepteurs espèrent développer des écovillages. « Cela coûte moins cher que de viabiliser un terrain et c’est surtout moins destructeur pour l’environnement », indique Pekka Littow.

Un projet est déjà lancé près d’Helsinki, en Finlande, et un second pourrait voir le jour en Normandie. « C’est en cours de négociation, mais ce n’est pas impossible que l’on voie ces maisons autonomes dans le village olympique des JO 2024 à Paris ! » s’enthousiasme Tuomas Autio. Pour le commun des mortels, il faudra un peu patienter avant de faire installer une Majamaja en bord de plage sur son île privée.