Finances: On vous dit tout sur le chèque énergie

Pour qui? Pour quoi? Ce dispositif étatique est destiné à aider les ménages aux revenus modestes à payer les dépenses d’énergie de leur logement

Alexis Moreau

— 

Un exemplaire de  chèque énergie.
Un exemplaire de chèque énergie. — Mourad Allili/Sipa

Alléger sa prochaine facture ou rénover sa maison, telle est la question. Depuis le 25 mars, 5,8 millions de chèques énergie ont été envoyés aux quatre coins de la France, département par département. Généralisé l’an dernier, ce dispositif de lutte contre la précarité énergétique revient avec une ou deux petites modifications. On fait le point.

Le chèque énergie, c’est quoi ?

Testé en 2016 et 2017 dans une poignée de départements, lancé en 2018 et revalorisé de 50 € cette année, le chèque énergie est un « dispositif mis en œuvre par l’Etat pour aider les ménages aux revenus modestes à payer les dépenses d’énergie de leur logement », expliquait dans un communiqué François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, le 3 janvier dernier.

3,6 millions de bénéficiaires l’an dernier, contre 5,8 millions aujourd’hui

5,8 millions de ménages ont bénéficié de ce coup de pouce, contre 3,6 l’an dernier. Pourquoi ? Car pour pouvoir bénéficier du chèque énergie, le revenu fiscal de référence (RFR) annuel de votre ménage (qui prend en compte les salaires mais aussi les pensions et les prestations sociales) doit être inférieur à 10.700 € par unité de consommation (UC) contre 7.700 € l’an dernier. La notion d’unité de consommation, abstraite pour beaucoup d’entre nous, peut se comprendre ainsi : le premier adulte d’un foyer constitue une unité de consommation (UC), on ajoute 0,5 UC pour les autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 UC pour les enfants de moins de 14 ans. Reste à faire le calcul, même si aucune démarche n’est nécessaire pour recevoir ce chèque. Il suffit d’avoir déclaré ses revenus l’an dernier auprès des services fiscaux. Et combien on touche avec ça ? 48 € au minimum, 277 € au maximum en fonction de son RFR et des fameuses unités de consommation évoquées plus haut.

Un chèque 2.0

« Il se présente comme un chèque classique, un bout de papier, que les bénéficiaires ont reçu par La Poste », détaille Florence Clément, chargée d’information à l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). Mais comme nous sommes en 2019, ce chèque permet aussi de régler ses factures en ligne. « Il suffit de rentrer le numéro inscrit au recto sur le site chequeenergie.gouv.fr et de suivre les explications », précise notre spécialiste.

Payer l’isolation de son toit

Remplacer ses vieux carreaux par du double vitrage, améliorer l’isolation des murs ou changer sa chaudière. Le chèque énergie peut aussi être utilisé pour améliorer la performance énergétique de son logement. « L’objectif, c’est d’aider des ménages précaires à faire ces travaux, parfois nécessaires, et qui leur permettront de réduire leur facture par la suite », précise Florence Clément. C’est pour cette raison que cette aide financière est cumulable d’une année sur l’autre, et ce « pendant trois ans ». Sans oublier qu’avec une maison mieux isolée, c’est la planète qui nous dit merci.