Dans Assassin’s Creed, «le héros Callum Lynch revit les aventures de son ancêtre Aguilar, dans l’Espagne du XVe siècle», nous apprend le pitch du film. Le même procédé sera-t-il bientôt possible dans la réalité?

Pour l’instant, les réceptacles les plus évidents de nos mémoires restent les incontournables réseaux sociaux. Selon une étude de l’institut CSA et Orange, 85% des Français tiennent à transmettre leurs mémoires à leurs amis et à leur famille. Après les albums photos d’antan, la timeline Facebook a pris le relais de nos moments de vie, en commençant par notre naissance jusqu’au dernier message ou à la dernière photo mise en ligne.

Et dans le futur, comment les choses se passeraient-elles techniquement si nos proches voulaient revivre nos souvenirs? Pour répondre, nous avons fait appel au spécialiste Emmanuel Gadenne, consultant manager chez Sopra Steria Consulting et auteur du Guide pratique du Quantified Self, qui détaille: «Nicholas Felton, le créateur de la timeline de Facebook telle qu’on la connaît aujourd’hui, a été repéré en 2005 par le projet “The Feltron Annual Report”, où il cataloguait déjà les moments de sa vie.» Depuis, nous avons tous suivis. Idem pour Twitter, qui nous permet de retrouver certaines de nos pensées d’il y a plusieurs années. Tentez l’expérience de relire votre premier tweet, et vous aurez un instantané de la personne que vous étiez au moment où vous l’avez composé. Mais tout cela reste assez terre-à-terre. La prochaine étape? Les souvenirs en vidéo.

Lunettes connectées pour tous

On vous en rebat les oreilles, mais même malgré l’échec des Google Glass, les lunettes connectées sont toujours le point de mire à l’horizon. Snapchat, le réseau social fétiche des moins de 30 ans, «en prépare qui permettront de partager sa vie avec ses amis. Et il existe même des lunettes connectées pour les constats d’accidents», selon Emmanuel Gadenne. Vous enregistrez, et votre entourage peut revivre le moment selon votre point de vue…

Reste que l’usage de l’objet sera toujours délicat, «et limité par l’acceptation sociale, selon le spécialiste. Si vous voulez enregistrer un moment ou une conversation, et qu’une petite lumière rouge s’allume sur vos lunettes, pas sûr que le regard des autres soit bienveillant.» Reste la réalité virtuelle, la grosse tendance du moment, qui pourrait dans le futur être l’attraction des moments en famille, remplaçant le traditionnel DVD de vacances. «On se passerait le casque pour plonger en réalité augmentée dans les mémoires de nos ancêtres!», continue-t-il. Sans oublier les drones bien sûr, «qui se démocratisent. Ils filment en action et pourraient, par exemple, permettre de revivre votre première descente de piste noire en ski», s’enthousiasme Emmanuel Gadenne.

Prochaine étape, le transhumanisme

On l’a compris, la technologie actuelle nous permet déjà d’archiver nos souvenirs. Mais quid de la transmission? Nos arrière-petits-enfants seront-ils en mesure d’expérimenter notre vie du début du XXIe siècle? Emmanuel Gadenne conjecture: «On entre dans la notion de transhumanisme, d’humain augmenté. La question qui se pose est: “Qu’est-ce que je peux transmettre à mes descendants après ma mort? Qu’est-ce que ma vie passée devient?” On voit déjà des éléments de tout ça avec les comptes Facebook qui restent alimentés après le décès de certaines personnes.»

Et puis, il y a ceux qui ne veulent pas attendre. Le plus extrémiste d’entre eux? Sûrement Gordon Bell, chercheur chez Microsoft Research et coauteur de Total Recall, un fascicule qui nous engage à enregistrer nos souvenirs par tous les moyens techniques possibles. Cette pratique, qu’il appelle le lifelogging, va selon lui révolutionner l’humain et permettre d’établir une mémoire commune tangible. En toute simplicité...

>>>Retrouvez tous nos articles consacrés aux templiers et à l'inquisition dans le cadre de la sortie au cinéma d'Assassin's Creed, le 21 décembre.