Qui sera le criminel le plus célèbre du 21e siècle?

Décryptage Certains criminels d'aujourd'hui vont rester dans les esprits demain...

Thierry Weber
— 
El Chapo, numéro 1 du trafic de drogue, a été rendu célèbre par ses évasions.
El Chapo, numéro 1 du trafic de drogue, a été rendu célèbre par ses évasions. — 20 minutes - Magazine

Entre les narcotrafiquants, les chefs mafieux et les cybercriminels, le monde du grand-banditisme reste aujourd’hui bien fourni. Pourtant, les caïds d’aujourd’hui sont souvent moins visibles que les parrains d’antan. Mais qui alors pour succéder à Capone, Escobar et Spaggiari au panthéon des stars du crime organisé?

«Il est devenu très difficile de se faire un nom dans le braquage. Bonnie and Clyde, c’est terminé», déclare Doron Lévy, criminologue spécialisé dans le braquage. La figure du bandit de grand chemin en solitaire ou en tandem tend à disparaître. «En Europe notamment, depuis qu’on a ouvert les frontières, la criminalité s’interconnecte. Les derniers gros braquages sont transnationaux, ce sont souvent des gangs d’Europe de l’est qui vont réaliser un coup retentissant mais avoir une carrière courte», poursuit le spécialiste.

Un nom dans le grand banditisme ne s’obtient plus uniquement grâce à des coups d’éclat. Aujourd’hui il faut se bâtir une légende, d’après Thierry Colombié, spécialiste du crime organisé et auteur de Truand, mes 50 ans dans le milieu corso-marseillais. L’exemple qu’il donne est celui de Richard Casanova, chef supposé du gang corse Brise de mer, spécialisé dans le braquage à main armée. Assassiné en 2008, le mafieux rassemblait les éléments de la figure du parrain.

«L’honorable société»

D’après Thierry Colombié,  «la légende de Casanova dépassait les frontières. Comme dans le film Le Parrain, il recevait des mafieux, des gens importants de partout dans le monde. Ce n’est pas lui qui se déplaçait, mais eux, c’est une marque de respect». Mais la légende n’est rien sans les relations. Le spécialiste parle lui de «l’honorable société» ou «la coterie trafiquante». «Il s’agit d’une sorte de secte, de réseau de spiritualité entre puissants, décrit-il. On y retrouve aussi des individus issus de la police, de la politique, de l’armée. On ne devient pas l’un des numéros 1 de la distribution de cocaïne et de cannabis comme El Chapo sans être entouré.»

D’ailleurs, l’évasion spectaculaire de ce dernier en juillet dernier n’aurait sans doute pas été possible sans ses connections. A ce jour, une vingtaine de personne sont accusés de l’avoir aidé à s’échapper. Parmi eux, l’ancien directeur de la prison dans laquelle le narcotrafiquant était incarcéré, ainsi que l’ancienne coordinatrice nationale des prisons fédérales au Mexique. Son charisme, ses évasions répétées en 2001 puis cette année, ainsi que ses amis haut placés font de Joaquin «El Chapo» Guzman le digne successeur de Pablo Escobar.

Les cybercriminels

Au tournant des années 2000, les criminels ont investi Internet. «Avant, l’arme la plus utilisée c’était le calibre, aujourd’hui c’est le clavier. L’aide des hackers est très prisée par le crime organisé, ces individus arrivent à générer des montants extraordinaires pour un coût dérisoire», ajoute Thierry Colombié. Il cite en exemple les accusés de l’affaire de la Carbone connexion, enrichis en achetant des quotas de carbone hors taxe dans certains pays européens, avant de les revendre à la France sans reverser la TVA à l’Etat. «Il est certain que parmi ces gens-là, il y en a une poignée qui, dans trente ans, seront considérés comme des légendes du milieu français, parce qu’ils sont parvenus à détourner des dizaines de milliards d’euros en un coup de clavier.»

C’est le cas aussi du russe Evgueni Mikhaïlovitch Bogachev, spécialisé dans le vol d’informations bancaires. Celui présenté par Washington comme l’un des plus importants cybercriminels en activité est toujours au large. D’ailleurs, Thierry Colombié explique que «c’est la cavale dont on se souvient, plus que la fortune». Pour se faire un nom dans le milieu, il vaut donc mieux avoir des relations, ou à défaut, courir vite.

>>> Retrouvez l’ensemble de nos articles sur le crime organisé, réalisé dans le cadre de la sortie en salle, le 25 novembre, du film «Strictly Criminal»