Tout bon, tout bio?

Rédaction 20 Minutes

— 

Un rapport de l'Inserm juge la qualité nutritionnelle des aliments bio 30% supérieure.
Un rapport de l'Inserm juge la qualité nutritionnelle des aliments bio 30% supérieure. — S. ISABELLE / Sipa

DÉBAT - Elle séduit de plus en plus de consommateurs, conquiert les rayons de nos supermarchés, mais continue de diviser l'opinion. L'alimentation bio est-elle vraiment meilleure pour notre santé ?

Logo 20minutes
Logo 20minutes
«Que ton aliment soit ton seul médicament». Hippocrate, «le père de la médecine» le pensait il y a plus de deux millénaires. Et aujourd'hui, ils sont de plus en plus nombreux à défendre cette idée. Eux, ce sont les associations environnementales, les politiques d'EELV, certaines ONG et de plus en plus, les médecins, nutritionnistes et autres professionnels de la santé.

Mais alors, le bio est-il vraiment meilleur pour nous? «C'est un pléonasme», s'insurge Marion Kaplan, bio-nutritionniste: «Aujourd'hui, les pollutions s'ajoutent. Celle du ciel, on ne peut pas la gérer, mais celle de notre corps, on peut et on doit.»

L'ennemi commun de tous les défenseurs du bio: les pesticides. «Dans les fruits bio, on en trouve vingt fois moins», affirme Claude Aubert, agronome et co-auteur du livre Manger bio, c'est mieux. Si quelques études controversées tendent à démontrer qu'un seuil non négligeable de pesticides contamine l'agriculture biologique, des organismes crédibles comme l'EFSA s'attachent à prouver le contraire.

>>> Retrouvez l’intégralité de notre dossier «Les secrets de l’alimentation»

 

Une qualité nutritionnelle supérieure

Selon le 10e baromètre de l'Agence Bio, 80% des Français estiment que le bio est meilleur pour leur santé. Pourtant, d'après une étude de l'Afdn, «les bénéfices santé des produits issus de l’agriculture biologique ne sont pas scientifiquement démontrés». «Ce qui est sûr, répond Claude Aubert, c'est que la population est carencée en vitamine C, fer et magnésium. Et le bio en contient plus que l'alimentation conventionnelle.»

Un rapport de l'Inserm, dirigé par Henri Joyeux et Mariette Gerber, juge d'ailleurs la qualité nutritionnelle des aliments bio 30% supérieure. Parmi les denrées préconisées par les défenseurs de la cause, les légumes secs, les céréales, les légumes de saison ou encore les choux. Et alimentation bio ne rime pas forcément avec privation. Gala Ava, bloggeuse, voit «clairement la différence quand [elle] mange une tomate bio et une tomate conventionnelle. Le goût est incomparable.»

Si le bio ne fait pas encore l'unanimité, une étude pourrait bientôt éclairer l'opinion. Coordonnée par une équipe de l'Eren, BioNutriNet s'appuie sur 100.000 volontaires. Objectif: déterminer avec précision la relation entre alimentation bio et santé.

Lou Ducreux