TEST - Et si je vous disais qu’on pouvait associer yoga et arts martiaux en une seule et même séance? C’est le cas du Yodha yoga inventé et enseigné au Klay à Paris par Samuel Ganes. Cette pratique hybride permet au corps de se muscler, s’assouplir et se sculpter sans efforts, ou presque!

En 2013, 

Samuel Ganes décide à son retour du Kerala en Inde de mêler deux disciplines, véritables arts de vivre de cette région: le yoga et le kalarippayatt, art martial indien ancestral qu’on dit à l’origine de tous les arts martiaux. Bien que non violente, c'est une technique redoutable de self-defense.

Le lien entre les deux pratiques semble étrange pour les néophytes, pourtant, le yoga est à lui seul un genre d’art martial. «C’est un combat de la souffrance entre le corps et l’âme, un combat avec soi-même», souligne Samuel. Mais surtout, les deux disciplines sont très proches: les figures du kalarippayatt reprennent les animaux, comme les positions -asanas- du yoga. La différence? Les poses se font en mouvement et sur une trajectoire, c’est ainsi que les deux disciplines se combinent parfaitement.

>>>Se Coacher a testé d’autres activités fitness, à découvrir ici, comme l'Autocuisseurle TRX, inventé par l’armée américainele ViPR, l’entraînement de bûcheron ou la session Lolë feat Colette Gym.

Un entraînement comme pour une danse

Le gros plus du Yodha yoga (à ne pas confondre avec le yoda yoga, inspiré de Star Wars), il est cardio! La séance est très dynamique. L’enchaînement ininterrompu de séries de mouvements lui donne cet avantage que d’autres yogas n’ont pas. Les réticents du côté «zen» du yoga trouveront surement leur compte dans le Yodha yoga car pendant le cours, on n'a pas tellement le temps de méditer. Après l’échauffement, on enchaîne sur des séries d’avant en arrière, que l’on répète plusieurs fois, jusqu’à ce qu’elles soient mémorisées afin d’être reproduites sur un décompte de temps précis, comme une danse à 3 ou 5 temps.

On travaille les jambes, les bras, les abdominaux, les poignets et aussi les méninges pour retenir les séries. J’ai transpiré durant le cours, j’en ai même un peu bavé, car si le cours est accessible à tous, il faut un peu de pratique pour maintenir les poses. Samuel précise que si l’on souhaite maigrir, la seule pratique ne suffira pas : «C’est tout un art de vivre qui inclut aussi l’alimentation et l’hygiène». Ce qui est certain c’est que le corps ressort assoupli et délassé d’une telle séance. A essayer!

Hermine Prunier