INTERNET - Lancée officiellement le 6 novembre,  la plateforme de course à pied Jogg.in a été pensée dès le départ en direction des débutants. Avec un but, les motiver.

La course à pied est peut-être le plus simple des sports, chez les coureurs débutants, le moral lâche souvent avant les jambes. Les cofondateurs de Jogg.in en ont tous trois fait l’amère expérience. « Le running peut être ingrat. Pour en ressentir les bienfaits sur le corps et s’améliorer, il faut du temps, et surtout de la régularité. Bref, de la motivation », explique Thomas Didier. La source de motivation dans laquelle Jogg.in vient puiser? Les autres.

Courir à plusieurs pour continuer à courir, Jogg.in n’est pas le premier à y avoir pensé. Un rapide tour sur la toile suffit à s’en convaincre. Entre le réseau Goodpeoplerun, les groupes de coureurs constitués sur MeetUp, et les événements Facebook, ce ne sont pas les occasions d’user ses semelles en bonne compagnie qui manquent. Dénué pour l’instant de tout aspect communautaire, Jogg.in tirera au contraire son épingle du jeu par sa simplicité d’utilisation défend Thomas Didier. «La course à pied est un sport très accessible, et Jogg.in c’est la possibilité offerte à tous les runneurs de trouver rapidement où, quand, et avec qui courir.»

Après le covoiturage, le corunning

Remplacez les sièges de voiture disponibles par des places pour une session de running, les trajets Paris-Nice par un trail au bois de Vincennes, le principe à la base de Jogg.in est le même que celui du célèbre Covoiturage.fr (aujourd’hui Blablacar). En quelques clics bien ordonnés, le coureur en herbe, comme le plus confirmé, propose un créneau ou se greffe à un autre, que ce soit le jour-même ou plus tard. Ca, c’est pour la théorie. Dans la pratique, les utilisateurs ne se bousculent pas pour enfiler leurs baskets. Nonobstant ce léger retard à l'allumage, les startupers ont bon espoir de voir les propositions de sorties se multiplier après le lancement officiel de Jogg.in, le 6 novembre.

Car le principal reste à construire. Priorité de Thomas Didier et de ses acolytes, l’application mobile sera développée en début d’année prochaine. Même chose pour le volet social de la plateforme, qui devrait être achevé dans les tous prochains mois. Plus coureuse de fond que sprinteuse, la startup a déjà une idée précise d’où elle veut amener sa création. L’intégration des applications de running et objets connectés, pourrait être une étape importante de son développement. Pour l’heure, Jogg.in explore la piste internationale, puisque la version anglaise du site sera elle aussi lancée le 6 novembre. Pratique pour les coureurs qui se déplacent, ou l'organisation d'événements en simultané à travers le monde.

Enfin, Jogg.in se caractérise par son ancrage caritatif. Certaines sessions pourront proposer aux coureurs de s’acquitter de quelques euros, redistribués sous formes de don à une association. Ce concept de « générosité embarquée » associé à de l'animation de communauté, a séduit plusieurs d'entre elles. La course Les Bacchantes, qui se tiendra le 11 novembre à Paris au profit de la lutte contre le cancer de la prostate, fait déjà appel à Jogg.in pour organiser ses sessions d'entraînements. Mais même les non-moustachus devraient bientôt se laisser tenter.

Romain Gouloumès