TEST – Le Fitbit Flex est sorti ce lundi 3 juin en France. Entièrement automatisé et sans fil, le bracelet enregistre en temps réel l’activité de son porteur, mais aussi tout un tas d’autres choses. 20Minutes l’a eu autour du poignet pendant deux semaines.

Un design ouvert 

Pour le lancement, le bracelet dans lequel le capteur vient s’insérer est disponible en deux coloris (noir et bleu pétrole). Les fashionistas seront ravis d’apprendre que des bracelets de rechange devraient être prochainement commercialisés dans des tons plus exotiques (vert, orange et bleu marine). 

Une analyse complète…

Le Flex est un matheux doublé d’un scribouillard. Pas, calories, durée d’activité ou de sommeil… sous ses airs indolents, le device compte et note presque tout. Seul problème, avec ses cinq diodes l’appareil est tout sauf bavard. Un mutisme compensé d’habile manière par l’application mobile (iOS et Android), très complète. Chargées dans le cloud, les données sont également consultables en ligne, depuis son compte Fitbit.

….et automatique

Le Flex est tout sauf un assisté. Pas besoin de lui signifier quand on monte en cadence. Le bracelet reconnaît automatiquement le changement d’allure et restitue l’information à l’écran. Le suivi du sommeil requiert en revanche un peu d’attention. Avant d’aller se coucher, le flex doit être tapoté cinq fois en rythme, et réveillé de la même manière. Un réflexe à prendre.

Le bluetooth pratique, mais limité à certains smartphones

Zéro branchement. A l’exception de la recharge hebdomadaire, le bracelet ne quitte pas le poignet où il est rivé. Technologie sans fil oblige, les données sont analysées en temps réel sur l’écran du mobile. Revers de la médaille, la norme bluetooth 4.0 limite la compatibilité aux smartphones dernière génération. iPhone 4S ou 5 exigé. Même chose du côté d’Android : seuls les Samsung Galaxy Note 2 et Galaxy S3 sont supportés, pour l’instant. Sur les autres modèles, la synchronisation par ordinateur s’impose.

Une communauté active

Fitbit n’en étant pas à son premier capteur, son site foisonne d’utilisateurs embarqués de longue date sur la vague des trackers d’activité. Pour un nouveau, il devient très facile de rejoindre un groupe local, ou avec les mêmes objectifs que lui, pour s’entraider et s’encourager. De ce côté-là non plus, le Flex n’usurpe pas le qualificatif de bracelet connecté.

Jawbone Up ou Fitbit Flex ? Le match des bracelets connectés à lieu sur Se Coacher : ROUND 1 et ROUND 2.

PAR ROMAIN GOULOUMES