«La notion de partage est centrale dans la motivation de ceux qui veulent arrêter»

Renaud Ceccotti-Ricci

— 

Geoffrey Kretz
Geoffrey Kretz — DR

INTERVIEW - Parmi les nombreuses applications pour arrêter de fumer, Kwit est l’une des seules développées par des Français. L’idée est simple : cultiver sa motivation en s’inspirant des jeux vidéos. Rencontre avec son développeur, Geoffrey Kretz, un ancien fumeur repenti…

Qu’est ce qui vous a poussé à créer une nouvelle application alors qu’il y en a déjà beaucoup sur le marché ?

L’idée a germé dans mon esprit en 2012. Je cherchais à arrêter de fumer. Je suis moi-même passionné de jeux vidéos et je me disais qu’il devait bien y avoir une appli un peu marrante qui associerait les outils statistiques des applications traditionnelles (Depuis combien de temps on a arrêté de fumer? Combien a-t-on économisé? Qu’est ce qu’on a gagné au niveau de la santé?) et un aspect plus ludique, basé sur le système des jeux vidéos, avec des niveaux à atteindre, des objectifs à débloquer... En bref, arrêter de fumer tout en s’amusant, car c’est comme cela que je fonctionne. Je me suis donc redu compte que cela n’existait pas. J’ai donc décidé de créer la mienne, Kwit, en suivant exactement ce principe. Et le succès est au rendez-vous. On a déjà plus de 70.000 téléchargements.

Quel est le fonctionnement de Kwit ?

C’est assez simple. Le fumeur s’inscrit. Il se crée un personnage virtuel, il indique depuis quand il a arrêté de fumer, quelles étaient ses habitudes de fumeur (nombre de cigarettes fumées par jour, prix du paquet…) A partir de là, l’utilisateur peut ainsi s’attaquer à relever 60 défis. Avec le temps, il peut gravir des échelons qui lui indiqueront dans chacune de ces catégories ce qu’il a gagné en termes de santé, de bien-être, de finances…

Qu’est-ce qui est prévu pour améliorer la motivation des utilisateurs ?

Nous avons décidé d’insister énormément sur le côté « partage ». Chaque utilisateur a la possibilité de faire état de ses progrès sur les réseaux sociaux, que ce soit sur Facebook, Twitter ou autre. On s’est rendu compte que la notion de partage était centrale dans la motivation des utilisateurs. Faire part de sa progression à ses amis ou ses connaissances poussait ceux qui voulaient arrêter de fumer à se tenir à leurs résolutions. Si vous avez annoncé à tout le monde que vous comptiez vous arrêtez, vous aurez toujours du monde pour vous remotiver en cas de coup de mou, ne serait-ce qu’en vous en rappelant vos objectifs. Vu que chaque réussite s’inscrit sur votre mur virtuel, vous recevez en permanence des preuves de soutien, fort appréciable quand on est dans ce cas-là, et je sais de quoi je cause.

Propos recueillis par Renaud Ceccotti-Ricci

Version iPhone and iPod touch avec iOS 5+ : 1,79 euro

Version Android 2.1+ : 0,99 euro

Langues : anglais, français, italien, espagnol