My santé mobile : ils marchent avec un podomètre intelligent depuis quatre mois

Romain Gouloumes

— 

Si l'effort est continu du lundi au samedi, le dernier jour de la semaine voit les volontaires se relâcher, et délaisser leurs chaussures.
Si l'effort est continu du lundi au samedi, le dernier jour de la semaine voit les volontaires se relâcher, et délaisser leurs chaussures. — C. Halborn / 20Minutes

ETUDE - Unique au monde, l'étude My santé mobile livre un bilan d'étape à deux mois de son terme.

Rappelez-vous: début juin 2013, IDS Santé et 20 Minutes donnaient le départ de l'opération My santé mobile.  1000 personnes à Lille, Bordeaux, Lyon et Montpellier allaient être équipées de podomètres connectés et suivies pendant 6 mois. Quatre se sont écoulés depuis, et l'étude livre ses premières conclusions.

Les Lillois loin devant

Alors, quelle ville marche le plus? Lille, sans discuter. En quatre mois, jamais la capitale du Nord n'a flanché.  Lyon, pourtant, n'était pas loin. Avec une moyenne de 8053 pas quotidiens, elle fait quasiment jeu égal avec la métropole lilloise (8570 pas). Derrière, Montpellier, troisième avec ses 7665 pas, et Bordeaux, bonne dernière à 7085 foulées.

Qu'ils soient sociaux, urbains, ou comportementaux, aucun élément ne permet pour l'instant d'expliquer la hiérarchie qui s'est créée, et maintenue, tout au long des quatre premiers mois de l'étude My santé mobile. Pour l'instant, on peut seulement se contenter de remarquer que Bordeaux et Montpellier sont les deux villes à compter le plus de volontaires sans emploi, et le moins de cadres, de tout le panel. Le type d'activité physique pratiqué par les quatre mini-échantillons fournit une autre explication, toute aussi envisageable: les Bordelais (19%) et les Montpelliérains (26%) sont bien plus nombreux à déclarer faire du vélo que les Lyonnais (15%) ou les Lillois (12%), ces derniers s'adonnant plus volontiers à la marche ou à la randonnée. Il faudra donc patienter jusqu'à la fin de l'opération et ses analyses avant de tirer des conclusions.

Les marcheuses présentes au rendez-vous

Revenons à nos podomètres. Dans trois des villes, les meilleurs marcheurs sont des marcheuses. Leur profil est relativement similaire: âgées de 36 à 45 ans, mères de famille (à Lyon et Montpellier), et adeptes de randonnée ou de jogging. Les championnes de Bordeaux, Lyon et Montpellier, font entre 15 000 et 21 300 pas tous les jours. La médaille d'or revient à un Lillois, lui aussi père de famille, fervent randonneur et membre des 36-45 ans. Le champion toute catégorie n'a pas d'inquiétude à se faire du haut de ses 24 000 pas journaliers et 1750km parcourus depuis le début de l'opération.

Pour autant, les gens marchent-ils plus depuis qu'ils ont un podomètre? Difficile à dire, puisqu'il est impossible d'estimer le nombre de pas effectués par les volontaires avant le début de l'étude... en l'absence de podomètres pour les compter. Quant aux chiffres, ils doivent être pris avec des pincettes. A première vue, l'observation des courbes fait plutôt douter de l'influence des objets connectés sur le comportement des volontaires. De fait, le nombre moyen de pas par jour atteint son point culminant en juin, au tout début de l'étude. Les podomètres carburent à plus de 8 000 pas quotidiens, presque 9 000 à Lille. Ce sommet n'est plus atteint par la suite. Sans s'alarmer, Agathe Quignot, directrice générale d'IDS Santé, organisateur de l'opération, voit dans cet épisode à marche accélérée "l'effet Waouh" consécutif à la réception du podomètre par les volontaires.

Une moyenne de 7926 pas par jours encore insuffisante

Plus globalement, on note une nette diminution des pas engrangés en août. Les données sont toutefois remontées progressivement les mois suivants pour retrouver, à peu près, le niveau qui était le leur en juillet. C'est à dire entre 7000 et 9000 pas par jours. En moyenne, sur les 4 mois d'opération, les volontaires effectuent 7926 pas du lever au coucher. C'est 400 de plus que les participants à l'étude menée en 2013 par l'association Assureurs Prévention, mais encore insuffisant par rapport au but fixé par l'Organisation mondiale de la santé. Pour rester en bonne santé et prévenir l’apparition de maladies chroniques l'OMS recommande en effet d'effectuer chaque jour 10 000 pas. A Bordeaux, seulement 12% des participants atteignent cet objectif. Ils sont 21 à 26% dans les trois autres communes représentées.

Quatre mois après avoir mis leur Fitbit Zip pour la première fois dans leur poche, les troupes restent motivées. Sur les 1000 volontaires au départ, 745 sont encore dans la course. « Les chercheurs hollandais à qui nous avions présenté l'étude nous avaient dit de nous estimer heureux s'il en restait 300", se souvient Agathe Quignot, qui ne s'attendait certainement pas à un tel engouement : "Le gros des abandons a eu lieu au début de l'étude qui est, il faut le dire, assez contraignante. Les volontaires doivent synchroniser leur appareil tous les jours et répondre ponctuellement à des questionnaires. Mais depuis, la population du panel s'est stabilisée." Et au vu du succès rencontré, IDS Santé songe même à la faire marcher un peu plus longtemps.

Romain Gouloumès