L'application MyStats de Kenji Komai mesure les activités et les regroupe en catégories.
L'application MyStats de Kenji Komai mesure les activités et les regroupe en catégories. — M. Cenna

Magazine

Avec MyStats, Kenji Komai met de l'ordre dans notre emploi du temps

PORTRAIT – Vice-président d’une PME d’informatique, le Japonais Kenji Komai a développé MyStats, une application pour mesurer et optimiser son temps qui cartonne sur l'archipel, mais aussi ailleurs.

Allure sportive et regard pétillant derrière ses lunettes rectangulaires, Kenji Komai aime parler de MyStats, son application pour smartphone gratuite dédiée à la quantification de soi. Mais ce qu’il aime encore plus, c’est mesurer son temps.

L’idée lui est venue il y a quatre ans, en lisant des livres de Peter Drucker, le célèbre théoricien américain du management, particulièrement respecté au Japon, où un dessin animé lui a même été consacré. Dans l’édition en anglais du livre L’efficacité, objectif numéro 1 des cadres qui trône sur son étagère, Kenji Komai a souligné une phrase en rouge: «La première étape de l’efficacité est de mesurer précisément son temps.» «Malheureusement, note-t-il, Drucker n’explique pas comment. Dans le livre, il suggère juste de se faire assister par son secrétaire. Comme je n’ai pas de secrétaire, j’ai développé une application.»

Les premiers temps, c’est dans son agenda qu’il minute, chaque soir, le découpage de sa journée: réunions, coups de téléphone, écriture d’un rapport… Au bout de six mois, il a finalement l’idée de développer une application. «Mes activités quotidiennes étaient jusque-là regroupées en une quarantaine de catégories. J’ai réduit cette liste à huit.»

Trouver le temps

«Toute cette organisation, ces mesures, doivent servir un but. Le mien était de dégager du temps professionnel pour développer mon application iPhone.» Entre avril et décembre 2010, il parvient à réduire le temps passé sur son projet principal, un système de carte de pointage pour les entreprises, de 38% à 8%. Et à utiliser ce temps libéré pour plancher sur son application, qui sera finalement mise en ligne en avril 2011.

Malgré tout ce temps passé à mesurer… son temps, Kenji Komai n’a pas le profil d’un obsessionnel. «Mesurer ses activités à la minute près n’a pas grand sens. Je ne suis pas un moine! Par exemple, quand je suis avec ma femme, il m’arrive de penser au boulot : comment mesurer ce temps-là? De toute façon, ramenées sur un mois ou sur un an, ces mesures me servent à établir des tendances, et ce qui m’intéresse, c’est de visualiser ces tendances.»

Pour mai 2013, 24% de ses 218,15 heures de travail sont ainsi classées «temps créatif», ce qui semble le satisfaire. «Le mois dernier, j’ai réussi à réduire le temps passé au téléphone et à répondre aux emails. Mais quels que soient les résultats, j’essaie toujours de ne pas me laisser déprimer par les chiffres et de ne garder que le côté positif, sinon il y a longtemps que j’aurais laissé tomber.»

Compter les abdos et les câlins

Ses activités quotidiennes hors-travail ne sont pas mesurées en durée, mais en unités: nombre d’abdos, heure moyenne du coucher, nombre moyen de calories absorbées… «J’essaie juste d’avoir un équilibre. Je regarde les statistiques et je me fixe des objectifs pour le mois suivant. C’est comme un jeu.» Une utilisatrice de son application lui a écrit pour lui dire qu’elle l’utilisait pour compter le nombre de câlins qu’elle donnait à ses enfants.

MyStats, disponible en anglais et en japonais, a déjà été téléchargée 130 000 fois dans 81 pays. Elle a déjà eu plusieurs fois l’honneur des médias japonais, notamment parce que Kazuyoshi Miura, surnommé «King Kazu», le deuxième meilleur buteur de l’histoire de la sélection nationale de football, l’utilise pour s’entraîner. Une équipe de première division de la Japanese League serait aussi sur le point de l’adopter, mais l’expert de la mesure du temps sait aussi mesurer ses mots, et on n’en saura donc pas plus.

Mathias Cena