Le Jawbone UP24 à l'aise de jour comme de nuit

Rédaction 20 Minutes

— 

Le Jawbone UP24 est certainement le plus beau des bracelets connectés, mais aussi le plus cher.
Le Jawbone UP24 est certainement le plus beau des bracelets connectés, mais aussi le plus cher. — JAWBONE

TEST - Un bracelet connecté aux allures de reconquête. Après un UP parfait sur le papier mais plombé par les pannes, l'Américain sort UP24, une nouvelle mouture avec connexion Bluetooth. Verdict?

On l’a aimé. On l’a haï. Séduisant, endurant (entre 7 et 10 jours de batterie), performant (notamment au lit avec ses fonctions de suivi de sommeil et de réveil), le Jawbone Up, sorti en 2013, avait tout pour plaire. Las, une qualité essentielle faisait défaut au bel Américain. En effet, il ne fallait pas trop compter sur sa fidélité. Après quelques mois d’un parfait amour, l’objet affirmait un vilain penchant pour la panne. Bref, décevant.

Etant donné la mauvaise impression laissée par son prédécesseur, le tout nouveau Jawbone UP24 avait fort à faire pour reconquérir le cœur des acheteurs. Pour éviter toute confusion, le bracelet a d’abord été redessiné. Exit le design en zigzag, le UP24 arbore des courbes aux motifs élégants, et néanmoins passe-partout. La même attention a été apportée au niveau des fonctionnalités. Certes la recharge s’effectue toujours à l’aide de la prise jack, cependant la synchronisation est désormais entièrement sans fil. Le bracelet échange ses données avec le smartphone (iOS ou Android) sans que l’on ait à bouger le petit doigt. Il est loin le temps où l’utilisateur devait décapsuler son bracelet et le brancher simplement pour changer l’heure du réveil.

>>> A lire aussi : Nike Fuelband SE, Polar Loop, Fitbit Flex... Quel est le meilleur bracelet connecté?

La fonction réveil intelligent, un régal

De vraiment neuf, c’est à peu près tout. Le Jawbone UP24 se pose davantage comme une évolution du UP, que comme une révolution. A ce titre, le constructeur a repris tout ce qui faisait le charme du premier modèle. L’application mobile est toujours aussi attrayante et colorée.  La connectivité avec les applications et objets connectés tiers a été conservé à l’identique voire étendue, et la fonction de réveil intelligent répond présent comme avant. Cette dernière, qui justifiait déjà l'achat du bracelet à l’époque du UP, prend désormais tout son sens. Les alertes se programment à la volée. Et c’est un plaisir de se réveiller frais, simplement tiré du sommeil par de douces vibrations.

Si les qualités de la génération précédente sont conservées, il en est de même de certains défauts. La recharge exige toujours un connecteur propriétaire, le mode de suivi du sommeil demande encore une activation manuelle... Surtout, la mesure des pas est aussi approximative que par le passé. A la fin de la journée, le chiffre affiché est très éloigné de celui d’un ou d’un Fuelband SE ou d’un Withings Pulse, connu pour sa précision. Difficile d'expliquer un tel écart chez un bracelet vendu 150€. D'autant que le suivi du sommeil fait, lui, figure de référence.

Une autonomie revue à la baisse

Sur un point, cette nouvelle mouture fait même moins bien que la précédente. Avec l’ajout de la connexion en Bluetooth, c’était prévisible. Moins dur à la tâche que son aîné, le UP24 tient en marche une petite semaine (6/7 jours), quand le UP ne flanchait pas avant 9 à 10 jours. On reste cela dit dans la moyenne supérieure des bracelets connectés.

>>> A lire aussi: notre test du Garmin Vivofit, bracelet connecté doté d'une autonomie d'un an

Le dernier point, sans doute le plus important ici, concerne la fiabilité. Aux Etats-Unis, où l'objet est en vente depuis plusieurs mois, les médias et les forums ne font, pour l’heure, pas état de dysfonctionnements majeurs. Encore heureux. Les pannes étaient déjà inacceptable à l’époque du UP. Ca le serait encore plus aujourd’hui. Surtout à ce prix. Mais Jawbone semble avoir appris de ses erreurs. Et si le UP24 survit aux premiers mois d'utilisation, il n'y a pas de raison qu'il quitte votre poignet de sitôt.

Romain Gouloumès