Qu'est ce qu'une assurance obsèques?

Funérailles On fait le point sur ce contrat déjà souscrit par 20% des plus de 40 ans…

Alexis Moreau

— 

Cette assurance offre la possibilité de choisir la couleur de son cercueil ou encore le lieu de la cérémonie.
Cette assurance offre la possibilité de choisir la couleur de son cercueil ou encore le lieu de la cérémonie. — P. FAYOLLE/SIPA

Pour ceux qui ne savent pas exactement en quoi consiste l’assurance obsèques, commençons par une petite définition digne du dictionnaire dictionnaire Larousse. Assurance: nom féminin, produit à contracter auprès d’une banque, d’une compagnie d’assurances ou d’une entreprise de pompes funèbres permettant de prévoir le financement et, dans certains cas, l’organisation de ses funérailles.

Au-delà de l'anecdote, l’assurance obsèques rencontre un certain succès puisque 20 % des Français de plus de 40 ans en ont déjà souscrit une. Un chiffre qui grimpe même à 33 % parmi les octogénaires, selon une enquête réalisée en 2014 par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc).

Pour entrer un peu plus dans le détail, sachez qu’il existe deux types de contrats. Premièrement, le contrat en capital, qui offre la possibilité à l’assuré de laisser une somme d’argent sonnante et trébuchante à ses proches pour financer ses obsèques. Un produit «qui peut se justifier pour quelqu’un qui a peur de tout dépenser de son vivant», explique Pascale Micoleau-Marcel, déléguée générale de Lafinancepourtous.com. Soit, un moyen de «vous protéger contre vous-même.»

Deuxième option: le contrat en prestation. Il permet au futur défunt d’anticiper les formalités administratives et de prévoir le déroulement de la cérémonie. Du choix du lieu au cercueil, en passant par le nombre et la tenue des porteurs. Bref, de s’assurer que tout se passera selon ses dernières volontés et «d’éviter que sa famille s’occupe de ce genre de question dans un moment pénible», explique Pierre Catherinet, fondateur du comparateur en ligne Lassurance-obseques.fr. Pour ce qui est du coût, tout est ici réglé à l’avance et, en théorie, aucun frai supplémentaire n'est facturé. Mais en pratique il faut toujours vérifier «que l’assureur rembourse bien toutes les prestations prévues, même en cas de hausse des prix et même si le contrat a été souscrit il y a plus de 10 ans», précise Pierre Catherinet.

>>>Retrouvez l'ensemble de notre dossier «Se protéger»

Au moment de signer, pensez également à surveiller les exclusions de garantie. «Si l’assuré a trouvé la mort dans une insurrection, à la suite d’un crime ou après avoir utilisé une arme à feu, il risque de ne pas être couvert», précise notre interlocuteur. Attention aussi au délai de carence. Présent dans beaucoup de contrats, d’une durée de 6 à 12 mois, 24 dans de rares cas, il s’agit d’un temps pendant lequel le client n’est pas encore couvert.

Mais globalement combien ça coûte tout ça ?         

Si la plupart des assurés provisionnent entre «4.000 et 5.000 € de capital», explique le fondateur de Lassurance-obseques.fr, le coût réel du produit peut être beaucoup plus élevé. Tout dépend de la date du décès et de la manière dont est réglée la somme due. Pour faire simple, à moins d’être devin, nous ne connaissons pas la date de notre mort. Si bien qu’une prime viagère, payée tout au long de la vie, risque, au bout d’un certain temps de revenir plus cher qu’un versement unique.

Un deuxième choix que Pascale Micoleau-Marcel, «conseille», même si elle préfère prévenir que le contrat obsèques n’est, de toute façon, pas le produit financier le plus rentable sur terre. L’assurance vie l’étant «beaucoup plus». Une question finalement futile puisque, à la fin, votre coffre-fort ne suivra pas le corbillard.