Tout ce qu’il faut savoir sur la lumière bleue

Santé Sachez faire la différence entre la lumière bleue naturelle et la lumière bleue artificielle...

Jennifer Durand-Raynal - 20 Minutes Production

— 

Illustration d'une personne utilisant une tablette
Illustration d'une personne utilisant une tablette — iStock

Produite naturellement par le soleil, la lumière bleue est-elle notre amie ou notre ennemie ? Si tout est une question de dosage, c’est surtout lorsqu’elle est générée artificiellement par nos écrans que les troubles s’installent.

La lumière bleue, qu’est-ce que c’est ?
La lumière émise par le soleil est composée d’un spectre d’ondes électromagnétiques divisées en trois grandes familles que sont les rayons ultraviolets, la lumière visible et les infrarouges. Perceptible par l’œil humain, la lumière visible émet des longueurs d’onde qui permettent d’obtenir une représentation de notre environnement. A l’intérieur de ce spectre visible de la lumière, qui couvre toutes les couleurs du violet au rouge, certains rayonnements sont bénéfiques tandis que d’autres sont nocifs, ce qui est notamment le cas d’une partie de la lumière bleue. En produisant une grande quantité d’énergie, cette dernière peut en effet causer des dommages à nos yeux, spécifiquement en cas d’exposition prolongée.

>> Retrouvez tous nos articles sur la lumière bleue

Quelle différence entre lumière bleue naturelle et artificielle ?
Présente naturellement dans la lumière du jour, une partie de la lumière bleue diffusée par le soleil comporte des effets bénéfiques pour notre corps puisqu’elle permet de réguler notre rythme circadien (alternance veille et sommeil), de stimuler nos activités cognitives ou de favoriser notre vigilance, c’est la lumière bleue turquoise. Cependant il convient de la « consommer » avec modération car les expositions prolongées à cette lumière inhibent la sécrétion de mélatonine, hormone du sommeil. A savoir que la lumière bleue est aussi composée de la lumière bleue violette qui elle  favoriserait les risques de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA).

Un risque d’autant plus préoccupant que les écrans produisent de manière artificielle une lumière bleue qui nous surexpose à la lumière bleue déjà émise naturellement par le soleil Nous passons ainsi de plus en plus de temps sur les écrans de télévision, smartphones, tablettes, ordinateurs. Près de 6 heures par jour* les yeux rivés sur un écran, des chiffres qui grimpent jusqu’à 8 heures chez les jeunes âgés de 16 à 25 ans. Une surexposition contre laquelle nos yeux ont du mal à se protéger, mais qu’il est possible de contrer avec le port de lunettes équipées de verres anti-lumière bleue, comme le propose Atol les Opticiens.

* « Les usages du numérique en France en 2016 » Credoc