Certains profitent d’une année sabbatique pour voyager, d’autres pour s’engager. C’est le cas de Harysson Jean-Baptiste, qui s’est lancé dans le bénévolat après avoir mis sa carrière dans l’informatique en pause. « J’étais inactif et je cherchais du contact humain. J’ai entendu parler du programme des Voyageurs du Numérique de Bibliothèque Sans Frontières (ndlr : accompagné par la Fondation d’entreprise FDJ). Il y avait une formation pour devenir bénévole à la Cité des Sciences, alors je m’y suis rendu », explique-t-il. Désormais, tous les mercredis à la Gaîté Lyrique, il conduit un atelier sur des thématiques numériques. « Je fais essentiellement de l’initiation à la programmation, pour tous les types de public, de 7 à 77 ans », témoigne le jeune homme.

>>> A lire aussi : Fondation d’entreprise FDJ : « Le jeu peut donner une chance à chacun »

Se sentir utile

S’il a depuis retrouvé un emploi à plein temps de développeur Web, il continue de s’impliquer dans le bénévolat. D’abord parce qu’il trouve sa mission pertinente et d’utilité publique mais aussi parce que transmettre le savoir a toujours été une passion. Enfin, Harysson a envie de se sentir utile en dehors de ses heures de travail. « Les citoyens ont de plus en plus besoin de s’approprier les outils numériques ». Autrement dit : savoir décrypter la teneur et l’origine des informations qui circulent en ligne, et notamment sur les réseaux sociaux.

S’adapter à un nouveau public

Mieux, Harysson Jean-Baptiste affirme que son expérience emmagasinée en tant que bénévole lui sert au quotidien dans l’exercice de son travail. « J’ai progressé pédagogiquement, en apprenant à simplifier mon discours explicatif. En plus d’avoir dopé mon aisance à l’oral, l’opération Voyageurs du Numérique m’aide dans mon travail à utiliser un vocabulaire adapté avec certains clients, pas forcément à l’aise avec le numérique. » Récemment, il a été sollicité par la Bibliothèque François Mitterrand (dans le treizième arrondissement de Paris) pour animer, les 25 et 26 novembre, un nouvel atelier d’initiation. Pour Harysson, l’engagement ne prend ni année sabbatique, ni week-end.

>>> A lire aussi : Mathilda May : « Dans le cinéma aussi, les inégalités sont présentes »

Ce contenu a été réalisé par 20 Minutes Production pour Fondation d'entreprise FDJ