Qu’il s’agisse d’une vocation ou de l’aboutissement d’une longue réflexion, s’engager dans l’armée de Terre n’est jamais une orientation anodine. « Personne ne prépare les jeunes à entrer dans cette voie confirme le capitaine François, responsable du recrutement des sous-officiers. S’engager, c’est vivre une aventure qui n’existe pas dans le civil. C’est servir son pays et découvrir une seconde famille. » L’armée de Terre est aujourd’hui le quatrième recruteur de France, et même le numéro un pour les premiers emplois. Elle offre de belles opportunités de parcours professionnel aux jeunes, et notamment à ceux qui ont déjà un premier diplôme en poche (bac ou bac+2). « Nous essayons de faire en sorte que le candidat s’oriente vers la spécialité qui l’intéresse » précise le lieutenant-colonel Dosseur, chef du bureau marketing de la sous-direction au recrutement.

La perspective d’une carrière de haut niveau

Les jeunes diplômés démarrent leur vie de soldat par une formation générale, comme celle dispensée par l’École Nationale des Sous-Officiers d’Active, à Saint-Maixent (Nouvelle- Aquitaine). « Pendant huit mois, le jeune suivra une formation commune à tous les sous-officiers. Il s’agit de le préparer à exercer comme chef de groupe, c’est-à-dire à commander dix personnes. Mais aussi à maîtriser le maniement d’une arme » explique le capitaine François. A l’issue de cette première étape, il sera formé à une spécialité dans une école d’application. « A l’école de cavalerie de Saumur, nous formons 60 lieutenants chaque année », explique le colonel Boüault, directeur des études et de la prospective de l’école. « Les officiers apprennent à devenir chefs de peloton, les sous-officiers adjoints du chef de peloton ou chefs de char... Ces personnes partagent l’esprit d’initiative, le goût de l’action et un attrait pour les nouvelles technologies. »

Lorsqu’il sera parfaitement opérationnel, le soldat accèdera à un métier en constante évolution. En 11 ans de service, l’adjudant Julien a l’impression d’avoir déjà eu plusieurs vies : « Militaire, c’est un métier passionnant et grâce auquel on peut aborder plein de choses. Au Liban par exemple, j’étais garde du corps du chef de corps du régiment, s’enthousiasme-t-il. Depuis ma sortie de l’école de Cavalerie, j’ai gravi tous les échelons et occupé plusieurs postes à responsabilités. J’ai été chef de patrouille MILAN (système anti-chars), sous-officier adjoint de peloton MILAN, et chef de peloton Reconnaissance Intervention Missile (RIM). J’ai commencé avec cinq hommes sous mes ordres et fini avec 30. »

Une vie après l’armée

Enfin, il arrive que les militaires souhaitent, après quelque temps, préparer un retour dans le civil. Dans ce cas, l’armée de Terre les accompagne encore une fois : « Nous formons des personnes qui sont loyales, qui font preuve de leadership, et qui ont le sens du collectif » précise le lieutenant-colonel Dosseur. « Ces qualités sont appréciées par les entreprises. » S’engager, c’est (aussi) s’orienter.


L’armée de Terre en chiffres

47% des sous-officiers sont d’anciens militaires du rang. L’escalier social fonctionne dans l’armée de Terre. Certains officiers, et même des colonels, ont débuté leur carrière comme militaires du rang.

100 C’est le nombre de spécialités proposées par l’armée de Terre. Elles sont réparties en huit domaines d’activité. La plupart des spécialités sont déclinables dans le monde civil. Attention, quelle que soit la spécialité, il n’y a qu’un seul métier dans l’armée de Terre, celui de soldat.

74% des soldats trouvent un emploi dans les six mois qui suivent leur départ de l’armée de Terre. Lorsqu’ils quittent la vie militaire, les soldats ont la possibilité de se former, d’adapter leurs compétences. Ainsi, il leur est plus facile de s’intégrer dans leur nouvelle vie civile.

46 000 En trois ans, l’armée de Terre aura recruté près de 46 000 militaires. Dans les deux semaines qui ont suivi les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher, en 2015, les équipes de recrutement recevaient jusqu’à 2000 candidatures par jour.

Renseignements et informations pratiques sur sengager.fr

Ce contenu a été réalisé par 20 Minutes Production pour L'armée de Terre