Notre société nous pousse-t-elle à bout?

Rédaction 20 Minutes
— 
Si l'on ne prête pas assez attention à ses problèmes personnels et à la pression qui s'accumule au travail, la crise de nerfs guette.
Si l'on ne prête pas assez attention à ses problèmes personnels et à la pression qui s'accumule au travail, la crise de nerfs guette. — Superstock/Sipa

ANALYSE – Economie en crise, attentats terroristes, perturbations écologiques, inégalités en tous genres, la société est agressée au quotidien. Mais un beau jour l’eau déborde du vase…

La société nous pousse-t-elle à bout? Lorsque l’on voit le nombre de «pétages de plombs» autour de nous, que ce soit dans la sphère professionnelle, amicale ou familiale, on peut se poser légitimement la question.

L'expression d'un problème profond

Pour Thierry Nadisic, chercheur en sciences du comportement et professeur à l'IESEG School of Management, la réponse est sans appel: «Aujourd’hui, nous vivons plusieurs bouleversements sociaux. La norme de 1960 n’étant plus, tous les repères ont explosé et changé. En 2014, nous croyons plus en l’amour qu’en l’institution du mariage. Les valeurs traditionnelles ne sont plus de mise. Pour certains, ce contexte est un terrain favorable aux angoisses, à l’anxiété et au pétage de câble.»

Et si la crise de nerf est un craquage de l’instant, un débordement émotionnel incontrôlable, il prend bien souvent sa source ailleurs. Ainsi, tout incident anodin de la vie courante peut être un déclencheur. «En fonction de notre histoire et notre vécu, on ressentira les choses d'une manière différente de son voisin», explique pour sa part Eric Albert, psychiatre et fondateur de l'Institut français d’action sur le stress (Ifas).Le pétage de plomb, ou décompensation dans le jargon médical, arrive pour lui à la suite de plusieurs événements.

C'est le résultat de quelque chose de plus profond. «La multiplication des choses nous amène à décompenser. Il est rare qu’il n’y ait qu’une seule raison. On commence à cumuler plusieurs symptômes – trouble du sommeil, irritabilité, sentiment d’hyperactivité émotionnelle, difficultés dans la vie personnelle et professionnelle – avec le sentiment qu’on ne peut pas en sortir. Et un jour, il y a un élément déclencheur.»

Un phénomène mal compris

Cependant, le phénomène est encore mal cerné, subjectif, incompris, voire non quantifiable, notamment lorsqu’il s’agit de la vie personnelle et familiale. Chaque être humain ressent les choses différemment, et ce, quels que soient le sexe ou les époques. Mais il se précise en revanche lorsqu’il s’agit du milieu professionnel.

Selon Jacques Ion, sociologue et directeur de recherches au CNRS, «l'affaiblissement des garanties collectives, l'individualisation des tâches ou le salaire au mérite engendrent incontestablement un accroissement des phénomènes de stress, voire de burn out.»

Le milieu professionnel, le mal du siècle?

Dans la sphère professionnelle depuis les années 1970, les exigences vis-à-vis du salarié sont de plus en plus fortes. Tout va très vite, la quantité de travail augmente. Et si la productivité est accrue, les moyens, eux, sont de plus en plus réduits. Les entreprises ferment, licencient, les salaires baissent. Sans oublier que le CDI, ancienne norme, est devenu le graal absolu.

«Les raisons d’un pétage de plomb sont soit personnelles soit dues au contexte. Dans la sphère personnelle, il n’y a pas forcément plus de raisons aux crises de nerf aujourd’hui qu’hier, alors que dans la sphère professionnelle, le contexte a beaucoup changé. A l’intensification du travail s’ajoutent les changements d’organisation. On doit être plus flexible et avoir plus d’initiative. Et là, les personnes arrivent rapidement à une saturation psychologique», précise Thierry Nadisic.

Et la solution dans tout ça? Se protéger bien sûr. Se ressaisir lorsque l’on sent la moutarde monter au nez, se relaxer quand c’est trop tard. Consulter pour comprendre ce qui nous arrive et pourquoi, voire changer de vie, sont enfin, sur le long terme, d’autres solutions pour ne plus, ou presque, «péter un câble».

Marianne Clonta

>>> Retrouvez l’ensemble de notre dossier «Pétage de plombs» réalisé à l’occasion de la sortie au cinéma du film Les nouveaux sauvages le 14 janvier 2015 qu'il est possible de voir en avant-première