Comment gérer l'après pétage de plombs?

Rédaction 20 Minutes

— 

Une fois la crise de nerfs atteinte, il faut prendre du temps pour comprendre ce qui est arrivé et réussir à reprendre une vie normale.
Une fois la crise de nerfs atteinte, il faut prendre du temps pour comprendre ce qui est arrivé et réussir à reprendre une vie normale. — Ojo Images / Sipa

AIDES - Après avoir disjoncté, il n'y pas d'échappatoire. Impossible de revenir en arrière, il faut avancer grâce à des actions.

Voilà, la ligne a été franchie, les limites largement dépassées. Les nerfs ont fini par lâcher. Vous avez explosé le pare-brise de votre dictateur de boss qui vous prenait pour son esclave depuis des mois ou bien vous avez fait votre Britney Spears en vous rasant le crâne après avoir découvert que l'homme de votre vie vous trompait. Le plus dur est peut-être derrière vous. Mais après une telle chute, comment remonter la pente?

Même si la crise est passée et que la cause a été diagnostiquée par un médecin, le chemin de la guérison est long et sinueux. Selon les situations, le patient est suivi par un psychiatre, un psychologue ou un psychothérapeute. Il peut se voir prescrire un traitement à plus ou moins long terme à base d'anxiolytiques et d'antidépresseurs.

Certains n'ont pas d'autres choix que de passer par la case justice. L'occasion de réparer matériellement les dommages causés. Mais quoi qu'il en soit, la page n'est jamais vraiment tournée. Retrouver le cours de sa vie demande du temps et du repos.

Prévention des risques psycho-sociaux

En parallèle, des actions peuvent être menées pour éviter que ce genre de drame ne se reproduise. Dans cette voie, plusieurs députés ont demandé, début décembre, la reconnaissance du burn out comme maladie professionnelle.

Le burn-out résulte, entre autre, d'une surcharge de travail et d'une forte pression ressentie. Un mal de plus en plus courant. Si bien qu'un salarié sur quatre a déclaré (baromètre Cegos 2014 sur le stress au travail) avoir déjà vécu un problème psychologique grave au cours de sa carrière.

Le docteur Jean Cottraux, psychiatre à Lyon, suggère une amélioration de la prise en compte des risques psycho-sociaux par l'employeur afin d'«assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs» (article L4121-1 du Code du Travail). «Cela peut passer par des programmes de gestion du stress ou des séances de méditation pleine conscience (recentrage sur ses sensations et sur le moment présent)», conseille le psychiatre.

La sophrologie et la médecine unies pour aider le patient

Christiane Beaugé est sophrologue et enseignante de méditation pleine conscience à Paris. Il lui arrive de suivre individuellement et de façon régulière, des personnes ayant subi un burn out ou un épuisement. Mais elle insiste sur un point: «Je ne fais pas de pratique d'urgence. Il faut que l'individu ait déclenché, en amont, une démarche thérapeutique».

En clair, la sophrologie et la méditation pleine conscience ne peuvent être qu'un relais aux traitements lourds afin d'empêcher la rechute, et ce avec l'accord du médecin. Travail corporel, respiration, ancrage, conscience du corps. Un cocktail qui, selon Christiane Beaugé, fait ressentir aux participants «de l'apaisement, de l'espoir et un soutien».

Pour le docteur Jean Cottraux, pionnier des thérapies comportementales et cognitives, également auteur de Psychologie positive et bien-être au travail (éditions Elsevier Masson), «développer l'optimisme aide aussi à se sentir mieux».

Garance Fogarty

>>> Retrouvez l’ensemble de notre dossier «Pétage de plombs» réalisé à l’occasion de la sortie au cinéma du film Les nouveaux sauvages le 14 janvier 2015 qu'il est possible de voir en avant-première