Régler son vélo pour mieux pédaler

CYCLO Rouler sur un vélo non adapté à son corps peut provoquer des douleurs dans la nuque et dans le dos…

Laura Belleyme

— 

Un vélo bien réglé, c'est avant tout une position confortable pour le cycliste.
Un vélo bien réglé, c'est avant tout une position confortable pour le cycliste. — SIPA/Caiaimage/Rex

Il est beau votre vélo! Il est beau mais est-il adapté à votre morphologie? Que vous alliez au travail chaque jour ou sur le mont Ventoux cet été, les réglages sont importants. Position de la selle, du cadran, de vos bras, vous allez tout savoir pour rouler mieux!

«D’abord il faut se poser la question du type de vélo que l’on veut pratiquer», explique Isabelle Gautheron, directrice technique nationale à la Fédération française de cyclotourisme (Ffct). Pour un usage quotidien urbain, «l’important, c’est d’être confortablement installé.» En ville, on est presque debout sur le vélo. «En compétition, on est plus aérodynamique», reconnaît-elle. C'est-à-dire, plus «recroquevillé» sur sa bécane.

Si vous aimez votre selle, réglez-là!

Commençons par l’erreur la plus fréquente. «Je croise souvent des cyclistes mal positionnés. C’est en général au niveau de la selle», diagnostique Valéry Poirot, accompagnateur en montagne et guide VTT dans le Pays basque. Une astuce pour savoir à quel niveau la fixer: assis sur la selle, le talon posé sur la pédale, la jambe doit être tendue. «C’est surtout une question de confort, nuance Isabelle Gautheron. Il y a deux façons de voir les choses. Un débutant préfère une selle plus basse, pour pouvoir poser rapidement le pied à terre en cas de danger. Plus le cycliste est averti, plus il peut la monter.»

 

Pour les pros du vélo qui ne comptent pas leurs efforts pour un peu de confort, la selle se règle aussi d’avant en arrière. Indice pour trouver la position parfaite: «Quand on pédale, le genou doit être à la verticale du pied», explique Valéry Poirot.

Coup d’œil sur la potence

Et comme il n’y a pas que les pieds qui comptent en cyclisme, passons à la position des bras! Mains sur les poignées, ils sont souples, surtout pas tendus. «Ils doivent avoir une latitude, pour se tendre s’il y a une urgence ou se replier si l’on a besoin de tourner.» Pour vérifier, une méthode simple: les coudes, légèrement fléchis, doivent presque former un angle droit. Si l’angle est obtus ou aigu (essayez de vous souvenir, les cours de CE2 ne sont pas si loin), c’est qu’il faut modifier la hauteur du cadre.  

Pour cela, direction la potence, cette barre verticale entre les poignées. «On peut utiliser une clé plate pour la modifier», conseille Isabelle Gautheron. Une piste pour ne pas avoir la tête dans le guidon? «La cadre doit être placé légèrement plus bas que la hauteur des épaules.»

Où sont les freins? Passons aux choses sérieuses. Vous savez où sont vos freins. Mais sont-ils bien positionnés? Accessibles en cas de danger? «C’est important de le vérifier, surtout pour les enfants, qui ont des petites mains et qui n’arrivent pas à les attraper», avertit Valéry Poirot. A l’arrêt, si vous réussissez à les atteindre, c’est bon! >>>Retrouvez l'ensemble de notre dossier sur le vélo en ville Une dernière vérification avant de prendre la route: la pression des pneus! Pas trop forte, ni trop faible. Pour vérifier si elle est adéquate, il suffit d’une pression du pouce sur le pneu. Si le pouce s’enfonce de plus d’1 centimètre, c’est que le pneu n’est pas assez gonflé et qu’il vous faut une pompe à vélo.

Avec ces règles simples, on évite les bobos liés à la une mauvaise position. «De mauvais réglages peuvent entraîner des douleurs dans le dos, les muscles du cou ou les épaules», prévient Isabelle Gautheron. Vous êtes armé pour rouler, mais pour les courbatures d’après pédale, par contre, on ne peut rien faire pour vous !