Les conseils pour ne pas se faire voler son vélo

sécurité Il existent des équipements et des stratégies à suivre pour minimiser le risque...

Christine Ludwig

— 

Même pour boire un verre juste à côté, mieux vaut attacher votre deux-roues à un point fixe.
Même pour boire un verre juste à côté, mieux vaut attacher votre deux-roues à un point fixe. — SUPERSTOCK/SIPA

Vous avez un vélo et vous ne vous l'êtes toujours pas fait voler? Chanceux! Vous ne faites donc pas partie des 500.000 personnes qui se font voler leur deux-roues chaque année selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. Pour continuer sur cette voie et minimiser les risques, voici quelques conseils.

A lire aussi >>> Comment s'équiper à vélo sans avoir l'air d'un touriste hollandais

Première règle: prenez un vélo qui vous plaît. «C’est une idée reçue de croire que seuls les beaux vélos tout neufs intéressent les voleurs. Ces derniers s’intéressent à tout, même les vélos ‘pourris’. Vous devez surtout être vigilants à ne pas leur faciliter la tâche», explique Kiki Lambert, porte-parole de Mieux se déplacer à bicyclette (MDB).

Environ 85€ de budget nécessaire

Le U va devenir votre meilleur ami. Si vous êtes un amateur de câbles et de chaînes, pensez à investir dans un anti-vol en fer à cheval. «Ce sont vraiment eux les plus efficaces. Pour être sectionnés, les câbles, par exemple, ne nécessitent que 5 secondes et un petit outil qui tient dans poche», prévient Kiki Lambert. Ils peuvent coûter jusqu’à 50€, un budget qui correspond parfois au tiers voire à la moitié du prix du vélo. «Mais si vous prenez un vélo à 100€ avec une chaîne à 20€, vous perdrez 120€. Alors mieux vaut en dépenser 150 et ne rien perdre.»

Un bloqueur de roue arrière est nécessaire pour parfaire votre stratégie. Ce dispositif qui coûte entre 20 et 50€, s’ouvre et se ferme avec une clé. Idéal pour pouvoir laisser son vélo sur le trottoir le temps d’aller acheter sa baguette à la boulangerie.

Se garer intelligemment

Enfin, moins couteux mais très utile, le marquage du deux-roues a aussi fait ses preuves. «Pour 5€, vous faites graver un code dans le cadre. Il fonctionne comme plaque d’immatriculation. En cas de vol, un numéro permet de vous le restituer s’il est retrouvé par la police», explique Sophie Hering, en charge du Bicycode à la Fédération française des usagers de la bicyclette (Fub). «En plus, ça commence à avoir un effet dissuasif auprès des voleurs.»

Une fois équipé, le meilleur spot pour l'entreposer n'est pas celui le plus caché. Évitez de garer votre engin dans un endroit mal éclairé ou situé trop à l’abri des regards. Même dans un local à vélo, tous les antivols doivent être verrouillés. Et prenez garde à l’endroit où vous vous garez.

>>>Retrouvez l'ensemble de notre dossier sur le vélo en ville

«Il faut toujours un point fixe pour l’attacher. Un arceau ou un poteau font très bien l’affaire», affirme Sophie Hering. Le cadre du vélo, la roue avant et le point fixe doivent tous les trois être englobés dans l’anti-vol. La règle d’or pour une protection optimale.