«Et toi, tu fais quoi dans la vie?» Cette question tout le monde l’a déjà posée lors d’un premier rendez-vous. Mais si. Juste après le fameux: «Pas trop long le trajet?» et avant le «toi, tu bois quoi?». Fort de ce constat, nous avons mené l’enquête et dégoté les quatre raisons qui nous poussent à transformer (toutes?) nos tentatives de séduction en entretien d’embauche.

Parce nous sommes mauvais en drague.

Désolé, mais il fallait crever l’abcès. Non, nous ne sommes pas tous de bons dragueurs et, oui, il y avait 10.000 autres moyens plus intéressants et plus originaux pour lancer la conversation. Sauf que, «c’est une question facile, bateau, que la plupart des gens utilisent quand ils ne savent plus quoi dire, ou quand ils sont nerveux», explique Nicolas Dolteau, coach en relation hommes-femmes.

Chaque rencontre est un rapport de force.

Et si basculer, dès le début de l’échange, sur le thème de l’emploi permettait de prendre l’ascendant sur son interlocuteur? Pour Lise Gaignard, psychologue du travail et psychanalyste, il est tout à fait possible de «frimer» grâce à son job. Généralement «nous ne savons pas comment montrer notre puissance dans ce genre de situation. Avec sa voiture? Sa montre? Oui, mais aussi en parlant de notre travail».

>>>Retrouvez l'ensemble de notre dossier pour expliquer son job

A en croire Nicolas Dolteau, si un homme essaye d’impressionner ainsi la personne en face de lui, de se valoriser outre mesure, c’est peut-être «qu’il n’a pas confiance en lui», et qu’il a besoin de «se rassurer». Au point d’en faire trop? «Il y a parfois de la maladresse chez certaines personnes, qui, ne sachant pas quoi raconter, parlent énormément de leur boulot car c’est, finalement, le sujet qu’ils maîtrisent le mieux».

Parce que la personne nous plaît

«C’est une question d’ordre personnel et cela prouve un certain intérêt de votre interlocuteur à votre égard», ajoute notre expert. D’autant que si souhaitez aller plus loin avec celui ou celle qui vient de commander une bière en face de vous, vous avez tout intérêt à le questionner sur son orientation professionnelle. Pourquoi? Lisez donc le prochain paragraphe.

Pour décrypter le mode de vie de la personne

Demander «Et toi tu fais quoi dans la vie?», revient à demander, «et toi comment vis-tu?». C’est en tout cas ce que pense Lise Gaignard, pour qui «la profession signe le mode de vie et le mode d’appréhension du monde». C’est-à-dire que «si vous êtes prof vous n’élèverez pas vos enfants de la même manière qu’un chef d’entreprise. Vous ne voterez pas de la même façon et tomberez amoureux différemment. Nous aimons comme nous travaillons et cela va conditionner notre rapport au monde.» Au point de jeter une pièce sur le comptoir et de partir en courant si votre match n’a pas la même vision du labeur que vous? Pas forcément.

Finalement qu’est ce qu’il compte ?

«Qui se ressemble s’assemble, c’est une évidence», résume le coach en séduction Patrick Harris. Mais le travail n’est qu’un élément de séduction parmi d’autres. «Quelqu’un peut avoir une fortune colossale mais s’il n’a aucune empathie, n’est pas généreux, pas sensible, personne ne s’intéressera à lui. Il ne faut pas exagérer.» Finalement, «l’important ce n’est pas ce que l’on fait, mais ce l’on va répondre à la question», conclut Nicolas Dolteau.