Conseils d’experts pour trouver son entreprise quand on est apprenti en Occitanie

FORMATION Quelques préconisations pour mettre toutes les chances de son côté lorsque l’on cherche une formation d’apprentissage en Occitanie.

Mireille Fournaise

— 

L'une des parties les plus délicates lorsque l'on souhaite devenir apprenti, reste de trouver une entreprise pour sa formation.
L'une des parties les plus délicates lorsque l'on souhaite devenir apprenti, reste de trouver une entreprise pour sa formation. — mlinderer / Pixabay

Malgré leur nom, les alternants ne doivent pas faire les choses à moitié quand il s’agit de trouver une entreprise pour sa formation. La démarche peut prendre du temps et se solder par plusieurs échecs avant d’arriver au but. De plus, chaque région a ses spécificités et l’Occitanie n’y échappe pas. Il est donc important de suivre quelques bonnes pratiques pour espérer signer un contrat cette année, ou l’an prochain.

Un premier réflexe assez simple : prendre contact avec son Centre de formation d’apprentis (CFA). Là-bas, les jeunes sont conseillés et aiguillés. Les encadrants leur indiquent par exemple les sites Internet où chercher une formation comme Pôle emploi, Indeed, ainsi que des réseaux professionnels comme Viadeo et Linkedin. « Il ne faut pas non plus hésiter à faire jouer son réseau : famille, amis ou encore anciens maîtres de stage qui sont généralement en contact avec d’autres entreprises du secteur », indique Vincent Salord, chargé du développement de l’apprentissage au CFA régional de l’Enseignement Supérieur en Languedoc-Roussillon.

La relance : premier critère de sélection

Ensuite, les apprentis devront prendre en compte un paramètre spécifique à l’Occitanie. « Le tissu économique de la région est plutôt constitué de très petites entreprises (TPE). Il y a donc pas mal d’offres de qualité, avec même des possibilités d’embauche à la fin, mais un peu excentrée des grandes villes », explique Céline Alignan, également chargée du développement de l’apprentissage au CFA. Pour ne pas manquer ces opportunités, il faut être mobile et accepter de parfois parcourir 50 kilomètres pour se rendre à son lieu de formation. « En règle générale, la candidature d’un jeune prêt à cela fera la différence », assure-t-elle. En cas de difficultés financières, la région a mis en place des aides spécifiques à la mobilité des apprentis.

Mais être capable d’user la gomme de ses pneus, n’est pas l’unique moyen de se démarquer. Soigner son CV et sa lettre de motivation n’est pas une option. Là encore, le CFA dispensera des conseils adaptés. « Nous leur demandons également à créer un tableau de suivi, où ils noteront les entreprises contactées et à quelle date, afin de les relancer », précise Vincent Salord. « C’est primordial, insiste Céline Alignan. On sait que certains recruteurs, lorsqu’ils ont beaucoup de candidatures, attendent une relance pour consulter le CV. C’est un moyen pour présélectionner des plus motivés. »

Ne pas aborder le côté financier en premier

Une fois une fois le contact établi, vient l’étape cruciale et redoutée de l’entretien d’embauche. Là encore, les membres du CFA organisent des réunions pour briefer les apprentis. Un entretien bien préparé, c’est avant tout un projet professionnel clair que l’on exposera avec assurance à son employeur. « Il faut savoir expliquer pourquoi on veut faire cette formation et quel poste on vise dans l’avenir. On ne peut pas arriver et dire que l’on fait cette formation "pour tester si on aime bien". Ce n’est pas vraiment rassurant pour l’employeur ! », avertit la chargée du développement. De même, on prendra garde de ne pas aborder le côté financier en premier (même si c’est important pour le jeune), mais de plutôt mettre en avant ses compétences.

Même si le mois de septembre est déjà commencé, il est possible de trouver une entreprise jusqu’en octobre. Pour ceux qui comptent devenir apprenti l’année prochaine, il peut être utile de s’informer dès à présent afin de démarcher des entreprises le plus tôt possible, avertit Vincent Salord. « Les périodes de recrutement ouvrent généralement en février pour les grosses boîtes et dès avril pour les TPE. Cependant, les premiers salons commencent en octobre et il est possible d’y rencontrer son futur employeur. » Pensez à vous munir d’un CV et d’une bonne motivation.