Occitanie : Quelles aides demander pour la rentrée scolaire 2019 ?

RECAPITULATIF Selon l’âge de l’élève, les revenus des parents ou le type d’études choisies, il est possible de recevoir des aides nationales ou spécifiques à la région Occitanie pour la rentrée

Mireille Fournaise

— 

La Confédération syndicale des famille indique que le coût de la scolarité tout au long de l’année peut fortement varier d’un territoire à l’autre.
La Confédération syndicale des famille indique que le coût de la scolarité tout au long de l’année peut fortement varier d’un territoire à l’autre. — Wokandapix / Pixabay

Entre les fournitures, les déplacements ou encore le matériel spécifique à acquérir, une rentrée coûte cher. Dans une étude sortie en août 2019, la Confédération syndicale des familles (CSF) estime qu’elle pèse fortement sur le budget des familles et que son coût augmente avec l’âge des enfants. Pour faire face à ces dépenses, plusieurs aides nationales ou régionales existent.

Pour les plus jeunes, il existe au niveau national une allocation de rentrée scolaire (ARS). Versée par la CAF, elle permet aux familles modestes de payer les frais liés à la rentrée scolaire comme les fournitures. Elle est versée aux familles ayant un ou plusieurs enfants scolarisés âgés de 6 à 18 ans. Pour en bénéficier, il ne faut pas dépasser un certain plafond de revenus, établi en fonction du nombre d’enfant. Cette année, celui-ci est, par exemple, fixé à 24.697 € pour un enfant à charge et à 36.095 € pour trois. Le montant versé dépend ensuite de l’âge de chaque enfant : 368,84 € de 6 à 10 ans, 389,19 € de 11 à 14 ans et 402,67 € de 15 à 18 ans.

Comme pour l’ARS, la bourse des collèges est accordée est fonction du montant des ressources des parents et du nombre d’enfant à charge. Selon la situation, elle s’élèvera à 35, 97 ou 152 € par trimestre. Cette bourse peut se demander jusqu’au 17 octobre pour les élèves scolarisés dans le public et le privé sous contrat. La démarche se fait en ligne sur le portail Scolarité services de l’académie dont dépend le collège de votre enfant.

Si la bourse des lycées est elle aussi accordée en fonction des revenus des parents et du nombre d’enfants à charge, notez qu’il existe plus d’échelons que pour la bourse des collèges. Il est donc possible de la demander même si l’élève ne touchait pas d’aide au collège. Il est destiné aux élèves de seconde, première et terminale, ainsi qu’aux apprentis et aux jeunes en CAP. Le montant trimestriel va de 146 à 310 €. Si les demandes en ligne sont closes, mais que le jeune est scolarisé dans le public, il est possible de déposer un formulaire au secrétariat de l’établissement avant le 17 octobre.

La carte Jeune, un précieux sésame

La carte Jeune de la région Occitanie donne accès à de nombreux avantages pour les lycéens et apprentis. Gratuite, elle est distribuée depuis le mois d’août mais peut se demander toute l’année et jusqu’au 31 décembre pour les apprentis. Grâce à elle, les lycéens scolarisés dans le public comme dans le privé sous contrat peuvent se voir prêter gratuitement les manuels scolaires de l’année. Les élèves en seconde ou en première année de CAP se voient offrir un ordinateur portable ou obtiennent une aide pouvant aller jusqu’à 200 € pour s’équiper, via le dispositif loRdi. Une aide de taille quand la CSF estime qu’il est « impossible pour un enfant à l’entrée au collège de ne pas avoir d’équipement numérique pour effectuer sa scolarité ». La demande se fait jusqu’au 31 décembre sur votre espace jeune.

Pour les lycéens en formation professionnelle et les apprentis, cette carte Jeune permet d’obtenir gratuitement son premier équipement professionnel pour un large panel de formations, comme les métiers du bâtiment, du bois, la coiffure ou encore la cuisine. Ces jeunes en apprentissage peuvent également obtenir une aide au permis de conduire de 500 €. Attention, depuis janvier, il n’est pas possible de l’obtenir si l’on en perçoit déjà une.

Aides aux déplacements

Certaines aides de la carte Jeune sont uniquement destinées aux apprentis. Ils peuvent ainsi toucher de 100 à 200 € lorsque leur lieu de formation est situé à plus de 10 km de leur lieu d'habitation. En fonction de leurs revenus fiscaux, ils peuvent toucher un forfait annuel variant de 300 à 480 € pour payer leur logement, ainsi qu’entre 90 et 120 € par an pour payer leurs repas du midi.

Pour les jeunes de 16 à 25 ans en transition vers un passage à l’emploi, la mission locale d’Occitanie propose un accompagnement personnalisé et des aides tout au long de l’année. « Ce parcours d’accompagnement qui peut durer jusqu’à 24 mois s’appelle le Pacea. A ce jour, 42.000 jeunes sont dans ce dispositif en Occitanie, indique Eric Augade, directeur des missions locales d’Occitanie. Le jeune s’engage sur son projet professionnel, il a des rendez-vous et des comptes rendus à faire à la mission locale… Dans ce cadre, il pourra toucher jusqu’à trois fois dans l’année une aide équivalente à un RSA. Cet accompagnement est également disponible pour les jeunes réfugiés, notamment pour les aider à suivre un apprentissage de la langue française. » Enfin, une garantie jeune – qui s’élève jusqu’à 450 € par mois pendant un an selon les besoins et revenus du jeune – est également mise à disposition pour ceux qui se lancent dans la recherche active d’emploi.