Rasage, épilation et psoriasis: le bon ménage?

Manichéisme Se raser ou s'épiler est souvent un exercice complexe pour les personnes atteintes de psoriasis...

Alexis Moreau

— 

Attention aux irritations
Attention aux irritations — Mood Board / Rex Featur/REX/SIPA

Se raser, s’épiler. La routine. Sauf pour les personnes atteintes de psoriasis. Nous avons donc demandé à Claire Geoffray, dermatologue spécialiste de ces questions, quelle était la marche à suivre. La réponse n’est pas si simple.

Le psoriasis, maladie cutanée chronique, caractérisée par l'éruption de plaques rouges et de squames, complique ces gestes du quotidien. Dans les faits, les multiples irritations de la peau peuvent déclencher un phénomène de Koebner.

Point Larousse. Selon l’association France Psoriasis, le phénomène de Koebner «survient quand une blessure mineure de la peau (comme une microcoupure due à une lame), se traduit par une nouvelle lésion sur le site de la zone touchée». Pour faire simple, il s’agit d’une extension de la maladie.

Peut-on éviter cette réaction? Oui. Existe-t-il une méthode miracle? Non. «Appliquer de la crème dépilatoire sur une peau déjà irritée ce n’est pas idéal. Raser tous les jours? Cela provoque trop de frottements. Utiliser de la cire une fois par mois serait l’idéal mais ce n’est qu’une théorie». Dans ce domaine, «ce qu’il faut avant tout retenir c’est que la pratique vaut les meilleures théories», explique Claire Geoffray. En gros, à chacun de faire ses propres tests.

Juste équilibre

Avec le retour en grâce de la barbe, les patients atteints de psoriasis au niveau du visage ont tendance à laisser libre cours à leur pilosité. «Le plus souvent, ils ne rasent pas mais tondent. C’est beaucoup moins agressif». Même chose pour ceux dont les plaques se trouvent au niveau du crâne.

Cependant, cacher sa peau derrière une barbe fleurie à la Charlemagne n’est pas forcément la meilleure des idées. «Le soleil a une influence très positive sur les plaques», précise Claire Geoffray. La luminothérapie est d’ailleurs l’une des pistes les plus explorées par les chercheurs et les spécialistes pour traiter la maladie. La lumière bleue diminue l’activité de certaines cellules du système immunitaire et réduit les inflammations de la peau.

>>> Retrouvez l'ensemble des articles de notre dossier sur le psoriasis

A partir de là, où mettre le curseur? Grosse barbe? Peau lisse? Il semblerait qu’il n’y ait pas, encore une fois, de réponse parfaite et que «chaque patient adopte la longueur (de cheveux ou de poil) qui lui paraît optimale».

Utilisation du laser

Pour rester dans le thème des «nouvelles technologies», l’épilation au laser, et donc définitive, peut-elle être pratiquée par les personnes atteintes de psoriasis? «Ce n’est pas déconseillé, absolument pas. Dans certains cas, cette technique a même permis une diminution des symptômes», précise notre dermatologue. Une fois les poils disparus pour de bon, inutile de se raser ou de s’épiler de nouveau. Ce qui a pour conséquence logique «une baisse des irritations sur la zone concernée». Tout en sachant que la sécurité sociale peut rembourser ce type d’intervention «au niveau du visage et dans certaines conditions», ajoute Claire Geoffray. A voir avec votre médecin.