Mobil’acteurs 2017, une opération pour réapprendre à se déplacer

Présentation Vélo, bicyclette, bus, etc. Le défi Mobil'acteurs, c'est passer deux semaines en laissant sa voiture au garage...

Louise Gully

— 

Des mobil'acteurs défilent dans les rues de Rennes.
Des mobil'acteurs défilent dans les rues de Rennes. — Rennes Métropole

Laisser sa voiture au garage et prendre son vélo, un covoiturage ou encore les transports en commun… Tel est le principe de l’opération rennaise Mobil’acteurs qui se déroulera pendant la Semaine européenne de la mobilité, du 18 au 30 septembre.

Double objectif: changer les habitudes et fluidifier le trafic

Comment se rendre au boulot ou au marché de manière plus verte tout en économisant de l’argent? C’est à cette question que tente de répondre le défi Mobil’acteurs, qui en est à sa quatrième édition: «Si on permet à des gens de tester d’autres modes de déplacement, ça va les inciter à changer leurs habitudes», explique Maryline Hamon, du Service mobilité urbaine de Rennes métropole. Elle ajoute: «En septembre c’est la rentrée scolaire, c’est donc une bonne période pour tester de nouveaux moyens de transports.» A Rennes, l’enjeu de ce genre d’initiative est également de désengorger la rocade: «Comme dans toutes les agglomérations, le réseau est saturé aux heures de pointe», commente la Bretonne.

L'application Mobil'acteurs permet de calculer son empreinte environnementale.
L'application Mobil'acteurs permet de calculer son empreinte environnementale.

Durant ces deux semaines annuelles sans voiture, les cinq équipes ne seront pas livrées à elles-mêmes: «Depuis l’année dernière, on a lancé une application où elles renseignent l’ensemble de leurs trajets. De notre côté, nous établissons une comparaison avec la voiture selon trois critères: l’émission de CO2, le temps de parcours et le coût des trajets. Les participants sont aussi encadrés par des coachs mobilité», détaille la responsable de l’opération. Avec un objectif, adapter au mieux les modes de transports au trajet de chacun.

Cinq tonnes d’émissions de CO2 économisés l’an dernier

Les inscriptions sont bouclées pour cette année et 26 candidats rentreront dans la course. «Par groupe de cinq ou six personnes, on peut participer avec ses collègues, d’autres membres de son association ou même ses voisins pour créer plus d’émulation», commente Maryline Hamon. A la fin de la compétition, l’équipe gagnante (qui recevra un titre honorifique) sera celle qui aura économisée le plus de dioxyde de carbone.

L’édition 2016 avait porté ses fruits puisqu’elle avait permis d’économiser cinq tonnes d’émissions de CO2. «Maintenant, les anciens participants se demandent: est-ce que j’ai vraiment besoin de prendre ma voiture pour ce trajet?», ajoute la chargée de mission Conseil en mobilité. Un premier pas vers le changement…