Le recrutement bouge dans l'animation 3D

Carrière Le savoir-faire en la matière des Français est reconnu dans le monde entier…

Christine Ludwig et Thierry Weber
— 
La profession demande un savoir-faire technique et artistique.
La profession demande un savoir-faire technique et artistique. — AP/SIPA

Article mis à jour le 25 janvier 2018

Ratatouille doit pouvoir se faufiler entre les casseroles, Rebelle doit tirer à l’arc sans problème et le grand Gru doit pouvoir grommeler à l’aise. Sans les animateurs 3D, tous ces personnages de films resteraient figés. Grâce aux nombreuses écoles présentes sur le territoire, la France a fait de ce savoir-faire une marque de fabrique dont la renommée est internationale.

 Quand tu veux devenir Animateur 2D/3D mais que tu as le talent d'une betterave sèche... pic.twitter.com/HGApasjIY9
— Jibbs (@FradetJB) 14 janvier 2017


«La France fait partie du trio de tête avec les Etats-Unis et le Japon, explique Julie Mleczko, rédactrice en chef de «Studyrama». Les compagnies américaines viennent carrément chercher nos jeunes diplômés. Il y a un très bon dynamisme du secteur français.»

Des formations reconnues

Pourquoi la France est-elle si reconnue? Pour ses cours. «Nous avons une très bonne qualité d’enseignement. Ce sont en général des écoles privées qui se font en trois ou cinq ans», explique Ségolène Dupont, déléguée générale de la Commission paritaire nationale emploi et formation de l'audiovisuel (CPNEF-AV). «Concrètement, ils apprennent à donner vie à des personnages. A leur faire lever une main, ou se déplacer.»

Du reste, les entreprises de toutes tailles sont nombreuses à recruter dès la sortie d’école. C’est le cas de Pixel de Lune, studio lyonnais d’animation 3D, «dans le domaine industriel, médical, immobilier et de la publicité en général», précise l’un des associés du studio, Fabien Pinelli. En revanche, pas la peine de rechercher les offres sur Pôle emploi, le réseau reste primordial. «Nous faisons le recrutement à l’école où nous sommes professeurs», commente l’associé de Pixel de Lune.

A la croisée de l'art et de la technique

Difficile de percer dans cette branche en se formant tout seul, d’autant que les programmes évoluent très vite. «Les métiers de la 3D sont des professions qui demandent beaucoup de savoir-faire. On attend les jeunes au tournant et on exige d’eux qu’ils maîtrisent tous les nouveaux logiciels d’animation», souligne Julie Mleczko. Il faut aussi une bonne dose de créativité. «L’animateur 3D est au carrefour des compétences artistiques et techniques», résume Ségolène Dupont.

Fabien Pinelli confirme cette vision des choses. A Lyon, les studios d’animation 3D de taille modeste sont légions, surtout dans les applications vidéoludiques. Ce sont donc surtout des personnes polyvalentes qui sont recherchées. «Nous sommes plutôt voués à avoir des infographistes généralistes. Dans les structures plus grosses, le projet passe de main en main et chacun a sa spécialité mais chez nous, l’infographiste fait un peu tout», y compris parfois «s’occuper du client». Pixel de Lune recherche spécifiquement les «élèves disposant de certaines qualités […comme] une vision de photographe, qui savent placer les lumières».

Des besoins de long terme

Autant le dire tout de suite, pas la peine d’espérer un CDI. «Comme dans les milieux artistiques, les contrats sont ceux d’intermittents du spectacle. Ce n’est pas très stable», explique la rédactrice en chef de «Studyrama». Sur environ 5.000 personnes employées en France, 80% sont des intermittents, recensait le magazine «Télérama», en 2012. Entre 2015 et 2016, cette moyenne reste stable sur plus de 6.000 emplois selon Le Monde.

>>>Retrouvez l'intégralité de notre dossier «Métiers créatifs»

«Ce sont des métiers pour lesquels les besoins sont énormes. Et ils vont exploser dans les dix ou vingt ans à venir. Imaginez: dans chaque film, il faut pouvoir donner vie à des personnages qui peuvent être dix comme 300.» En sachant qu’entre trois et dix films sortent chaque année, ainsi que 300 heures de programmes à la télévision… l’animation a de belles heures devant elle.