Quels profils recherche-t-on actuellement dans le jeu vidéo?

Formation La filière recrute, à condition de disposer des compétences et des diplôme nécessaires...

Fabien Falcou et Thierry Weber
— 
Le studio de développement de jeux vidéo Cyanide, à Nanterre, est notamment connu pour Blood Bowl et Styx.
Le studio de développement de jeux vidéo Cyanide, à Nanterre, est notamment connu pour Blood Bowl et Styx. — SIPA

Article mis à jour le 25 janvier 2018

A part générer d’innombrables heures de fun, les jeux vidéo créent aussi des vocations professionnelles. Si c’est votre cas, vous vous demandez probablement quelles sont vos chances de réussite, dans une filière de plus en plus prisée. Pas de panique: on a demandé à des experts quelles étaient les qualités et les diplômes requis pour séduire les recruteurs, en particulier en région lyonnaise, assez dynamique dans le secteur.

Des profils diplômés

Lyon a longtemps bénéficié de l’aura que lui procurait la présence du mastodonte Atari (ex-Infogrames). Son départ, décidé en 2010, n’a pas suffi à doucher le dynamisme de la capitale des Gaules. Selon Sébastien Thomas-Chaffange, directeur du Pôle Pixel, pépinière d'entreprises de l’image et des industries créatives située à Villeurbanne, «le terreau lyonnais est super fertile», et déjà riche d’«une myriade de studios de jeux vidéo». A commencer par Arkane, les papas du succès mondial Dishonored, qualifié par Sébastien Thomas-Chaffange comme «un des gros studios de jeux vidéo», ou encore Artefacts Studio qui a notamment développé Alice au pays des merveilles sur DS.

Un tel «vivier» ne peut signifier qu’une chose: des emplois. Parmi les profils recherchés, le directeur du Pôle Pixel liste «des développeurs, des graphistes, des professionnels de l'animation 3D», autre secteur florissant à Lyon. Cela tombe bien, les concepteurs de jeux sortent généralement de deux différents types de formation, le développement informatique ou le graphisme. Et s’il est toujours possible d’apprendre ces métiers par soi-même, un diplôme d’Etat de niveau bac+3 à bac+5 vous facilitera la tâche: écoles d’informatique, de graphisme, d’arts appliqués, et de jeux vidéo évidemment… «Depuis les années 2000, on voit de moins en moins d’autodidactes», constate Jean-Michel Oullion, auteur du guide Les Métiers des jeux vidéo et de l’animation de la revue «L’Etudiant». «Il y a de tels enjeux et de tels budgets dans le jeu vidéo, qu’un bon diplôme rassure les recruteurs.»

 Travailler dans le jeu vidéo ?
Nos conseils aux futurs diplômés qui veulent travailler dans le domaine. https://t.co/8DNXMbYzrT
— Loisirs Numériques (@LNumeriques) May 26, 2016



Infographie et big data

Parmi les métiers auxquels ces formations donnent accès, certains sont plus recherchés que d'autres par les recruteurs. «Un excellent infographiste sera toujours le bienvenu», affirme Jean-Michel Oullion. A titre d’exemple, Sébastien Thomas-Chaffange évoque l’entreprise clermontoise Allegorithmic, aujourd’hui bien implantée à Lyon. «Ils font du texturing pour jeux vidéo [entre autres applications], explique-t-il. Ils cherchent à recruter une centaine de personnes, avec plutôt des profils d’ingénieur en informatique, de développeur», mais aussi des artistes 3D.

Entre autres nouveaux métiers du jeu vidéo, «on peut citer les spécialistes du big data, les social et community managers (il faut animer des communautés de passionnés), ainsi que les UX designers (dont le métier est de mettre en scène le parcours de l'utilisateur ou du joueur, afin que l'expérience ludique soit la plus satisfaisante possible)», énumère Jean-Michel Oullion.

 


 



Savoir s’adapter aux évolutions du métier

Ce conseil s’adresse plus particulièrement aux apprentis développeurs. Les technologies évoluant sans cesse, il est important de rester flexible et de constamment se former aux nouveaux langages informatiques. «Un bon profil doit être versatile», martèle David Mekersa, fondateur de l’école en ligne Gamecodeur. «Un programmeur qui ne connaît que tel ou tel langage, c’est comme un chauffeur qui ne sait conduire qu’une seule marque de voiture.»

 


 



Avoir déjà créé des jeux

N’attendez pas d’arriver sur le marché du travail pour développer vos projets. Face aux recruteurs, un bon portfolio peut être plus déterminant qu’un beau CV. «Le candidat qui arrive avec un bon diplôme et un seul projet d’études sera moins intéressant que celui sans diplôme, mais avec dix projets derrière lui et un jeu sur le marché», détaille David Mekersa. A vous donc de multiplier les projets personnels.

 


 



Résister au stress

Parmi les qualités nécessaires, la passion des jeux vidéo est indispensable bien sûr, mais aussi la sociabilité, le sens du travail en équipe et… la résistance à la pression. «C’est une industrie où il y a de gros coups de bourre, par exemple quand il faut absolument sortir un jeu avant Noël», prévient Jean-Michel Oullion. Lancez-vous si vous n’avez pas peur de manger sur le pouce et de parfois quitter le bureau à minuit...

>>>Retrouvez l'intégralité de notre dossier «Métiers créatifs»