Les signes qui montrent qu’on a besoin de vacances

PSYCHOLOGIE Parfois trop c’est trop. Encore faut-il savoir le remarquer…

Christine Ludwig

— 

Prendre l'air devient parfois indispensable.
Prendre l'air devient parfois indispensable. — A. MOURAD/SIPA

Un pique-nique au bord de l'eau, les pieds dans le sable, ça fait toujours rêver. Mais comment savoir si on en a juste envie de prendre des vacances ou si on en a vraiment besoin ? Plusieurs signes, physiques et moraux ne trompent pas.

«Il faut être vigilant, comme par exemple quand on commence à avoir des pensées négatives, des inquiétudes ou à ruminer», explique Claire Lasry, psychothérapeute et spécialiste de la souffrance au travail. Peu importe qu’on travaille ou non, ces symptômes montrent qu’il devient difficile de supporter les contraintes du quotidien.

Traquer les indices physiologiques

«Coté physique, cela se manifeste par une grande fatigue, malgré un nombre d’heures correct de sommeil. On a beau dormir, ça ne suffit plus.» Elle alerte aussi sur les réveils en panique, avec des pensées angoissées et les cauchemars. «Ça montre qu’on est moins en capacité à gérer les problèmes qui surviennent. On se dit qu’on ne va pas y arriver.»

De manière générale, la tolérance baisse. «Des choses qui d’ordinaire ne vous atteignent pas, que ce soit avec les enfants, dans le couple ou sur le lieu de travail, vous demandent plus de patience. Les querelles sont plus fréquentes.» Enfants, travail, tâches ménagères, difficultés de toutes sortes… Plus le temps passe et plus il est compliqué d'assumer son quotidien sans faire de pause.

La solution (même quand c’est déjà trop tard)

Pour éviter la catastrophe, la psychothérapeute conseille de prendre de longues vacances l’été, tout aussi nécessaires, selon elles, que les petits week-ends de temps en temps. «Il faut un long break d’au moins trois semaines. Ce n’est qu’au bout de dix ou quinze jours que l’on arrive réellement à déconnecter. Or il faut du temps pour décrocher et se ressourcer. Voilà pourquoi la pause doit être si longue, quand on peut se le permettre.»

c r o h n s // flare up got me like #crohnsflare #crohns #fatigue #invisibleillness #chronicillness

Une publication partagée par Jaclyn Bevan (@jb_journeytohealthandhappiness) le

Claire Lasry insiste sur l’étymologie même du mot «vacances». « Quand un poste est vacant, c’est que la personne qui l’occupe est ailleurs. C’est de même pour le quotidien. » Pendant la période de repos, elle recommande de casser son rythme habituel. Dormir tard le matin, décaler ses repas si on n’a pas faim, ne pas loger au même endroit que d’habitude. En somme s’absenter de sa routine pour mieux y revenir.

>>> Maintenant que vous avez mis le doigt sur le problème, place à la question suivante: quel type de vacances est fait pour vous? Pour le savoir, suivez les conseils de notre infographie ci-dessous

20MN-170313-Infog-Vacances
20MN-170313-Infog-Vacances