Une rentrée scolaire tricolore

Rédaction 20 Minutes

— 

FOURNITURES - Mademoiselle Clème, Mon petit cartable. Deux marques pour les nouveaux-nés et les enfants jusqu'à 5 ans et une personne derrière, Clémentine Alaguillaume. Dans sa maison en Charente, elle a installé un atelier. Elle y fait tantôt du prêt-à-porter pour les bambins, tantôt leurs premiers accessoires d’écoliers.

«Mon dada c’est le tissu, c’est vraiment ce que j’aime.» Mais français le tissu, attention ! Clémentine Alaguillaume a 35 ans, quatre enfants et vit en Charente à Cognac. A l’origine chef de projet web à Paris, elle profite d’un plan social dans son entreprise en 2009 pour déménager en province. Elle lance Mademoiselle Clème, sa marque de prêt-à-porter pour bébés et enfants de 0 à 5 ans.

Une première machine à coudre à l’âge de 7 ans

Quitter la capitale lui permet de «trouver une logement deux fois plus grand et deux fois moins cher» pour y installer son atelier. Elle investit 10 000 euros pour créer sa société, en obtient autant en subventions pour l’aider à démarrer, et se lance. Le tout avec une seule crainte : «J’avais peur d’être une énième marque de vêtements pour enfants. Je voulais être différente.» D’où l’idée de placer le tissu au centre du projet. «Passionnée de couture, mon point de départ c’est la matière. Je choisis des tissus puis je crée le vêtement, le modèle.» Et la couture, c’est une affaire de famille, une passion transmise de mère en fille. «Dès l’âge de 7 ans j’ai eu ma première machine à coudre», raconte Clémentine en riant.

Elle se lance en décembre 2009 avec un plan prévisionnel sur trois ans, plus la trésorerie personnelle pour pouvoir se consacrer pleinement à son entreprise. A tel point qu’aujourd’hui elle a arrêté temporairement de se rémunérer. «Je l’ai fait pour pouvoir embaucher une apprentie et augmenter ma production.» Entre 2011 et 2012, le pari a été réussi. Elle a doublé son chiffre d’affaire. Pour l’année prochaine elle espère une hausse de 50%, «suffisante pour me payer à nouveau.»

Ne pas pratiquer des prix prohibitifs

Tout est donc fabriqué chez elle à Cognac et la plupart de ses créations sont aussi expédiées de là-bas puisqu’elle vend quasi-exclusivement sur son site Internet. L’étiquette made in France lui correspond parfaitement avec même un petit plus… «Je cherche à garder un positionnement de prix le plus bas possible. Sous prétexte du made in France beaucoup de créateurs pratiquent des prix prohibitifs, moi je veux rester accessible à tous.» Pour les parents, l’idée est donc qu’ils ne se ruinent pas et pour les enfants qu’ils apprennent à s’habiller tous seuls. «Mes vêtements, de style plutôt rétro-chic, ont des formes basiques, et des tailles élastiquées facile à enfiler pour des enfants de 4/5 ans», détaille-t-elle.

Et les petits peuvent aussi s’offrir de nouveaux cartables chez Clémentine Alaguillaume. Elle a lancé en 2011 sa deuxième marque, Mon petit cartable. «Au début j’en fabriquais une dizaine par an puis l’année dernière j’en ai conçu 300. Au mois de juillet, ils étaient tous partis», se satisfait-elle. Elle a donc augmenté la production à 450, pour un prix moyen en dessous de 40€. Pour la rentrée, les parents pourront même offrir à leurs enfants une trousse assortie.