ENGAGEMENT – L'ancienne navigatrice britannique a rangé son ciré pour devenir une référence en matière de développement durable.

On connaissait Ellen MacArthur la navigatrice, deuxième du Vendée Globe en 2001, et recordwoman du tour du monde à la voile en solitaire en 2005. Mais on connaît moins Ellen MacArthur, la femme engagée, à la tête de sa fondation éponyme. Une fondation créée en 2010 qui promeut l'économie circulaire.

Son objectif? Produire des biens et des services en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières. Pour défendre ses idées, ce n'est donc plus sur les flots qu'Ellen MacArthur se déplace mais sur terre, partout à travers l'Europe. Elle sera d'ailleurs à l'Université Panthéon-Sorbonne, mercredi 14 mai, pour participer à une conférence sur l'économie circulaire.

Une détermination sans faille

«Quand elle est arrivée à 22 ans dans la voile, Ellen a surpris tout le monde. Malgré son mètre 52, elle a une détermination et une intelligence incroyables qui lui ont permis de gagner des courses», commente Alain Gautier, skipper et ami de Ellen MacArthur, avec qui elle a navigué à de nombreuses reprises. «Elle a un profond respect de la mer, donc ça ne m'étonne pas qu'elle se soit lancée dans des projets qui entendent respecter l'environnement, comme sa fondation», poursuit-il.

>>> Retrouvez l’ensemble des articles écrits par les étudiants de l’IPJ -Paris Dauphine dans le cadre de leur journal école avec 20 Minutes

L'engagement d'Ellen MacArthur ne date pas d'hier: en 2003, elle fonde l'association Cancer Trust dont le but est de permettre à des enfants malades de naviguer. Sa détermination se caractérise aussi par son expression française favorite (une langue qu'elle maîtrise sur le bout des doigts): «A donf !»

Les voyages à travers la planète: un déclic

C'est lors de son dernier périple en mer que l'idée d'une fondation germe. «En naviguant, Ellen s'est rendu compte que les ressources n'étaient pas inépuisables», explique Jocelyn Blériot de la Fondation Ellen MacArthur. Car en mer, la navigatrice a rapidement fait le parallèle entre ses petites réserves de nourriture et les ressources limitées de la planète. Elle met alors sa notoriété au service d'une cause.

Et pour bien connaître son sujet, Ellen MacArthur a travaillé dur. Pendant les quatre années précédant la création de la fondation, elle a voyagé sur toute la planète pour étudier l'économie mondiale et l'utilisation des ressources. Elle a rencontré des scientifiques et lu de nombreuses thèses sur la question.

Une référence du développement durable

La native de Whatstanwell, en Grande-Bretagne, est donc devenue une référence en matière de développement durable. Elle intervient dans de nombreuses universités à Paris, Lille, ou encore Court-Saint-Etienne en Belgique. Elle était même présente à Davos, en Suisse, lors du Forum économique mondial en 2013 pour présenter son rapport MacArthur Fondation/Mc Kinsey «Vers une économie circulaire».

Son action et son engagement lui ont même valu de nombreux titres: celui de la chevalerie remis par la reine d'Angleterre en 2005 et celui de chevalier de la légion d'honneur décerné par Nicolas Sarkozy en 2008.

Conférence sur l'économie circulaire avec Ellen Mac Arthur, mercredi 14 mai de 19h15 à 20h45 à l'Université Panthéon-Sorbonne, 1, rue Victor Hugo, Paris 5è. M° Cluny-La Sorbonne 

Gautier Delhon-Bugard