Michel Barnier regrette qu'on ne parle pas d'économie sociale pour les européennes

Rédaction 20 Minutes
— 
Pour Michel Barnier, il faut créer un environnement juridique pour favoriser les entreprises sociales.
Pour Michel Barnier, il faut créer un environnement juridique pour favoriser les entreprises sociales. — Quentin Noirfalisse / Adrien Kaempf

EUROPÉENNES - Le commissaire européen veut harmoniser et développer l’économie sociale et solidaire à l’échelle de l’Europe.

Le commissaire européen Michel Barnier, vice-président du parti populaire européen (PPE), vient de publier Se reposer ou Etre libre aux éditions Gallimard, dans lequel il prône le développement de l’économie sociale et solidaire (ESS).

L’ESS est relativement absente des enjeux de la campagne européenne. Est-ce un non-sujet pour les partis?

Si c’est le cas, c’est une erreur. Pour la bataille de la croissance et de l’emploi, on a besoin de toutes les formes d’emploi et d’entreprises, y compris celles de l’ESS. Je regrette qu’on n’en parle pas pendant la campagne. Il n’y a pas assez de propositions. Cette campagne est trop négative, on ne peut pas passer son temps à dire que l’Europe ne fonctionne pas.

Que pèse l’ESS précisément pour l’Europe?

L’ESS, c’est 23% des créations d’emplois en dix ans quand l’économie traditionnelle n’en créé que 7%. Une entreprise sur 14 qui se créée appartient à l’ESS. En tout, 10% des entreprises européennes sont de l’ESS.

>>> Retrouvez l'ensemble des articles écrits par les étudiants de l'IPJ -Paris Dauphine dans le cadre de leur journal école avec 20 Minutes

 

Vous êtes commissaire au marché intérieur et aux services. Qu’avez-vous mis en place pour promouvoir l’ESS?

J’ai développé une stratégie en faveur des entreprises sociales qui ont une finalité, des modes de gestion différents des autres entreprises, un ancrage territorial très fort. Je travaille actuellement sur une plateforme électronique pour une définition des entreprises sociales et à la création d’un environnement juridique sécurisant. Je veux créer un écosystème. Un fonds européen doté de 85 millions d’euros a été mis en place en soutien aux entreprises sociales.

Avez-vous des exemples de succès d’entreprises sociales en Europe?

Siel Bleu à Strasbourg, fait de la prévention par le sport dans les maisons de retraite, avec une échelle de salaires sociale. Websourd aussi a crée des programmes pour les malentendants, avec un partenariat avec la SNCF afin que les annonces soient projetées sur écran. J’ai inauguré aussi la première pépinière d’entreprises sociales et solidaires à Montpellier.

Quels sont les pays les plus en pointe dans le développement de l’économie sociale et solidaire?

Les pays nordiques, le Royaume-Uni avec le social business et aussi l’Italie avec des coopératives mutuelles. En France, cela démarre bien.

Propos recueillis par Mathilde Siraud