Faire les courses sans emballages

Rédaction 20 Minutes
— 
Pour se servir de fruits secs, des sacs en papier kraft sont à disposition des clients.
Pour se servir de fruits secs, des sacs en papier kraft sont à disposition des clients. — A. Bouziri / IPJ

ALIMENTATION - Acheter en vrac, une nouvelle manière de lutter contre les déchets.

Faire ses courses avec des sacs réutilisables, c’est bien. Verser directement ses pâtes et son riz dedans, c'est encore mieux. Chaque Français produit 360 kg de déchets par an. Une quantité qui a doublé en 40 ans, relève le ministère de l’Ecologie.

Certaines épiceries ont pris le pari de vendre uniquement des produits du quotidien sans emballage, en libre service. Une a ouvert il y a deux semaines à Berlin, d’autres sont implantées au Texas, à Vienne ou en Italie.

Un concept nouveau en France

La première épicerie sans emballages en France, La Recharge,ouvrira début juin à Bordeaux. Pour l’ouvrir, les créateurs ont cherché des fonds via la plateforme participative Kisskissbankbank. La campagne de financement a été un succès. Jules Rivet, co-créateur de l’épicerie, insiste: «Nous ne sommes pas un supermarché, nous nous battons justement contre la grande distribution qui surconsomme les emballages».

La Recharge a vocation à devenir un commerce de proximité où ils proposeront une gamme complète de produits du quotidien. La plupart issu directement de producteurs locaux. Le client amène ses propres contenants. Il peut choisir exactement la quantité désirée. Jules Rivet assure que les produits ne seront pas plus chers que dans les supermarchés traditionnels. Il mise pour cela sur les produits locaux et l’absence d’emballage pour réduire les coûts.

>>> Retrouvez l'ensemble des articles écrits par les étudiants de l'IPJ -Paris Dauphine dans le cadre de leur journal école avec 20 Minutes

 

La grande distribution tâte le terrain

Certaines grandes enseignes de supermarchés se sont lancées dans des rayons vrac qui permettent de se servir directement de la quantité de pâtes, de riz ou encore de lentilles souhaitée. En plus de l’aspect écologique du concept, la marque de grande distribution Auchan promeut ce type de rayons de ses supermarchés «Self Discount» et mise sur les économies que font les consommateurs. Depuis peu, dans ces grandes surfaces des produits d’épicerie fine et frais, porteurs de labels peuvent être achetés en vrac.

Les supermarchés Biocoop ont pris le parti depuis 25 ans de proposer des rayons d’aliments solides. Depuis le mois de mars, ils essayent d’étendre ce concept aux produits liquides. Depuis quelques mois, le magasin de Villeneuve-d’Ascq propose de l’huile, du vinaigre ou du vin, dans des bouteilles vides à remplir soi-même.

«Les clients sont de plus en plus réceptifs, à tel point que nos stocks ont parfois du mal à suivre», affirme Dimitri Broders, le chargé de communication du magasin. Selon Biocoop, c’est un moyen «d’ajuster la consommation au besoin des clients, de faire un véritable geste écologique en évitant le suremballage et de diminuer les coûts». Un modèle prometteur, même si des incertitudes demeurent: en Angleterre, une épicerie sans emballage a dû fermer, faute de rentabilité.

Amira Bouziri