Un festival d’innovations pour imaginer le monde d’après

Evénement Le festival Novaq 2020 ouvre ses portes le 29 octobre à La Rochelle pour trois jours

Harry Lepont

— 

Innover pour mieux vivre demain, un thème fédérateur.
Innover pour mieux vivre demain, un thème fédérateur. — erhui1979

« Innovons pour mieux vivre demain », le Novaq 2020 ne pouvait pas mieux choisir son fil rouge. Le festival a dû déjà fournir sa part d’innovations pour vivre non pas demain, mais presque, du 29 au 31 octobre 2020 à La Rochelle, en composant avec les mesures sanitaires. Après avoir été repoussé – le festival devait au départ se tenir en avril – l’événement a trouvé les moyens de maintenir sa programmation tout en relevant un nouveau défi, celui de la distance, avec son pendant digitalisé, le Novaq Virtuel. Le dispositif permettra à chacun d’assister aux conférences ou d’explorer le showroom des pépites régionales sans quitter son fauteuil. Sur place ou depuis chez soi, il y a autre chose qui ne change pas : l’accès à la grande messe de l’innovation néo-aquitaine reste totalement gratuit (sur inscription).

Deux façons d’y participer pour deux publics, sinon plus. La Rochelle accueillera les 29 et 30 octobre les professionnels, autour de conférences et d’ateliers créatifs quand le dernier jour fera la part belle aux curieux de tous poils. Au programme, de l’assis et du debout. Bien assis, il faudra l’être pour profiter des deux journées d’échanges animés par les journalistes du Monde.

Deux journées d’échanges

Parmi les sujets couverts par ces tables rondes richement garnies, l’alimentaire (« Nourrir 9 milliards d’humains »), l’énergie («L’âge du pétrole, et après ? »), ou encore la santé («Prévenir plutôt que guérir : la santé de demain »). Un panel complété par les interviews des grands témoins et plusieurs masterclass. Patrice Caine, le PDG de Thalès, la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury, mais aussi la navigatrice Isabelle Autissier, également présidente de WWF France, sont attendus au micro, au côté de l’économiste Julia Cagé et de Florent Marcoux, le directeur exécutif de la Surfrider foundation Europe.

Le reste se fera debout, au hasard des rencontres au milieu du showroom de l’espace Encan. En plus d’afficher de grands noms à l’agenda, Novaq en présente de plus petits, appelés à croître. Sur 3000m², 75 entreprises de la région et 25 centres de transfert de technologie et de méthodologie (CTTM) proposeront leur vision de l’avenir. Pour leur emboîter le pas, les visiteurs pourront prendre part à l’un des 16 ateliers créatifs organisés sur les journées du jeudi et du vendredi. Au côté d’acteurs du territoire de Nouvelle-Aquitaine, invitation leur est faite de repenser l’usage des plages, d’envisager une agriculture urbaine ou de réfléchir à une nouvelle organisation du travail, entre autres choses.

Prendre exemple sur la nature

Arrive samedi, avec de l’innovation toujours, mais pas la même cible. Le grand public aura rendez-vous avec un festival d’animations ludiques et pédagogiques. Sur le papier, il y a en effet de quoi s’occuper : fablab, escape game, quiz, diffusions de films documentaires… Entre deux ateliers, le visiteur aura tout loisir d’explorer les expositions « Ma thèse en BD » qui, comme son nom le laisse à penser vulgarise en cases les travaux de 11 doctorants, et « La Nouvelle-Aquitaine, région bio-inspirée », illustration des merveilles d’ingéniosité de la nature et de l’intérêt, économique et responsable, de l’imiter. Mieux vivre demain tiendra peut-être à ça, et après tout c’est bien la volonté de ce festival : faire de l’innovation une seconde nature.