Les agences immobilières 100% en ligne, comment ça marche?

internet Les entreprises numériques sont de plus en plus nombreuses sur le marché...

Coralie Donas

— 

Que vous cherchiez à louer ou à acheter, de la prise de contact à la signature, tout peut se faire via le Web.
Que vous cherchiez à louer ou à acheter, de la prise de contact à la signature, tout peut se faire via le Web. — OJO Images/Rex Features

Pour acheter, vendre ou louer, un seul réflexe : Internet. Les professionnels ne s’y sont pas trompés et ont massivement investi la Toile. «Aujourd’hui, tout l’immobilier se passe sur Internet et quasiment 100% des contacts des agences viennent de ce canal», rappelle Hervé Parent, trésorier de la Fédération française de l’Internet immobilier (FF2I) et organisateur du salon RENT sur les nouvelles technologies dans l’immobilier.

Des agences se sont développées 100% en ligne, sans pas-de-porte, comme OptimHome, Capifrance, Efficity, Propriétés-privées.com… «L’agence est dématérialisée mais le métier reste humain. Le client a besoin d’établir une relation de confiance avec le négociateur immobilier, de le rencontre », souligne Michel Le Bras, président de Propriétés-privées.com, qui déploie un réseau de 600 négociateurs immobiliers.

Principal avantage pour le client: le prix. Sans les frais liés à une agence physique, les réseaux en ligne réduisent leurs honoraires : 3,99% chez Propriétés-privées.com, entre 4 et 5% chez OptimHome. Ils utilisent les possibilités du Web pour, notamment, dématérialiser les échanges de documents. Optim­Home s’est même inspiré des sites de réservation d’hôtels ou d’appartements pour proposer un service de notation.

De nouveaux services

«Lorsqu’une vente se concrétise, acheteur et vendeur sont sollicités pour noter le conseiller immobilier. Le système de notation est confié à une société extérieure et les notes, des étoiles, sont ensuite affichées sur les mini-sites des conseillers», détaille Olivier Colcombet, directeur général.

Au-delà des agences sans locaux, Internet ouvre des opportunités à de nouveaux services immobiliers, notamment dans la gestion. «Nous pouvons proposer un Extranet de gestion aux petites copropriétés avec un service comptable et juridique, pour un coût réduit et en mandatant le conseil syndical pour le suivi de travaux», expose Jean-Marc Torrollion, président délégué de la Fnaim. La digitalisation de l’immobilier n’est pas près de s’arrêter.