Grand Prix d’Amérique 2019: qui pour succéder à Readly Express?

Hippisme Les jeux sont ouverts pour l’édition 2019 de la célèbre course de Trot, qui se tient sur l’hippodrome de Vincennes dimanche 27 janvier…

Pierre Brun

— 

Le n°8 Readly Express remporte le Grand Prix d'Amérique 2018.
Le n°8 Readly Express remporte le Grand Prix d'Amérique 2018. — Lionel Urman/Sipa
  • En 2018, Bold Eagle ratait la passe de trois, battu par Readly Express sacré sur la piste de Vincennes.
  • Dimanche 27 janvier 2019, plusieurs trotteurs peuvent prétendre à détrôner Readly Express.
  • «Le Zidane du trot» Jean-Michel Bazire sera également sur la ligne de départ de l’hippodrome de Vincennes.

« Ça va barder ! » Interrogés sur les enjeux de l’édition 2019 du mythique Grand Prix d’Amérique, qui se tiendra ce dimanche 27 janvier à l’hippodrome de Vincennes (Val-de-Marne), les deux experts des courses Tony Gonzalez et José Covès ont eu la même formule.

Pour ce dernier, pronostiqueur sur Europe 1 depuis des décennies, cette édition de la célèbre course de trot attelé s’annonce même « exceptionnelle ». Car d’habitude, « on compte un ou deux chevaux favoris. Cette fois, selon moi, ils sont cinq à pouvoir gagner. » C’est parti pour un petit tour du paddock.

En commençant par Bold Eagle, que l’on surnomme souvent le meilleur cheval du monde. Le vainqueur 2016 et 2017 est « toujours aussi bon, pour José Covès, mais les autres sont meilleurs ». Par exemple celui qui l’a détrôné l’an dernier, Readly Express, qui devrait selon le pronostiqueur « faire la course devant, la rendre très sélective, être méchant ». On le disait, ça va barder.

« Le Zidane du trot »

« Pour moi, se risque Tony Gonzalez, double champion de France en titre des pronostiqueurs hippiques, Readly Express devrait gagner. Ses dernières courses m’ont bien plu. »

Mais attention. « Au Grand Prix d’Amérique, poursuit Tony Gonzalez, on retrouve la crème de la crème, on est sûr d’avoir les meilleurs chevaux ». Et plusieurs concurrents comptent bien faire de l’événement autre chose qu’un duel. Tony Gonzalez cite en outsider « Looking Superb, qui peut créer la surprise », quand José Covès met en avant «  Davidson Dupont, un colosse qui a encore pris de la force cet hiver, et Bird Parker, s’il règle ses problèmes de départ ».

Surtout, les deux experts n’oublient pas la jument Belina Josselyn, « qui peut faire mal aux garçons » selon Tony Gonzalez. D’autant plus, ajoute José Covès, qu’elle sera drivée par «  le maestro Jean-Michel Bazire », jockey de légende dont les surnoms parlent d’eux-mêmes : « le roi de Vincennes » ou encore « le Zidane du trot ».

La main de l’homme

D’ailleurs, si José Covès trouve cette édition si exaltante, c’est aussi parce qu’avec autant de très bons chevaux, « cette année, ce sont les mains des hommes qui vont faire la différence ». Readly Express sera drivé par le Suédois et grand spécialiste du trot attelé Björn Goop, et Bold Eagle par Franck Nivard, alias «  Francky la main froide, qui sera là à la fin pour recueillir les morts » grâce à ses nerfs d’acier, raconte José Covès.

A propos de froid, les conditions actuelles « sont bonnes pour les aiguilles du chronomètre, et un record de vitesse est possible », expliquait Tony Gonzalez en début de semaine, avant de nuancer au vu des prévisions pluvieuses pour ce dimanche. « Un bon départ est assez capital au Grand Prix d’Amérique, estime-t-il tout de même, car c’est très difficile de revenir de l’arrière-garde et de ne pas se faire enfermer. Je ne dirais pas que les attentistes seront condamnés, mais pas loin. »

Sur ce sujet, l’avis de José Covès diverge : « Tout se jouera dans le dernier kilomètre. Il faudra partir correctement, mais sans plus, pour ne pas brûler tout son kérosène. Le Grand Prix d’Amérique, c’est 2700 mètres. Vous ne pouvez pas partir à fond la caisse et finir à fond la caisse. » Rendez-vous dimanche à Vincennes, que le meilleur gagne, et surtout, que ça barde !

>>> Retrouvez notre dossier Grand Prix d'Amérique

20 secondes de contexte

Cette article a été rédigé en partenariat avec Le Trot dans le cadre d'un dossier sur le Grand Prix d'Amérique.