Sept défis humains qui font l’Histoire

ARCHIVES Le point commun de tous ces explorateurs ou sportifs de l’extrême est le profond besoin de se surpasser…

Marianne Clonta
— 
Le 16 août 1960, Joseph Kittinger réussit le premier saut stratosphérique.
Le 16 août 1960, Joseph Kittinger réussit le premier saut stratosphérique. — 20 minutes - Magazine

De l'ascension de l’Himalaya à la traversée de l’Atlantique à la nage, nombreux sont les exploits «extrêmes» qui ont marqué ces cinquante dernières années. Mais qui sont ces aventuriers qui ont su repousser les limites humaines?

Et l’homme domina le monde


Après plusieurs tentatives, l’Everest est enfin atteint en 1953 par le Néo-Zélandais Edmund Hillary et le Népalais Tensing Norgay. Ils arrivent à 8848m de hauteur, soit le point le plus haut de la planète! La nouvelle parvient en Grande-Bretagne quelques jours plus tard, lors du sacre d'Elizabeth II (2 juin 1653). Edmund Hillary, sujet de sa majesté, est fait chevalier et Tensing Norgay reçoit, lui, la Médaille de George (George Medal) «pour son action héroïque».

AP / Sipa

Une chute libre pour être au sommet

L'Américain Joseph Kittinger est le premier homme à sauter depuis la stratosphère. Le 16 août 1960, sa performance lui fait battre simultanément plusieurs records: la plus haute ascension en ballon et le saut en parachute le plus haut (31.300m), la plus longue (4min30) et la plus rapide chute libre (988km/h). A noter qu’il faudra attendre 52 ans pour voir ses performances, sauf celle du temps de chute, battues… par Felix Baumgartner. A ce jour, seuls trois hommes ont tenté ces exploits: Joseph Kittinger, Felix Baumgartner, et l'Américain Alan Eustace qui s'est lancé en 2014 de 41.419m de hauteur.

AP/SIPA


Un homme sur le fil échappe aux barreaux

En 1974, le funambule Philippe Petit commet un crime aux Etats-Unis: il souhaite, en effet, relier, sur un fil, les deux tours du World Trade Center à New York... sans autorisation. Lors de sa traversée, il fait des allers-retours pendant 45min avant de finir dans les bras du NYPD. Sur le procès-verbal de son arrestation, le motif suivant est écrit: «Man on Wire», soit un homme sur le fil... Un documentaire portant ce nom, oscarisé en 2009, et un film de Robert Zemeckis («The Walk» qui sort le 28 octobre 2015) lui sont consacré.

AP / SIPA

Le grand bleu n’est pas un mythe

Jacques Mayol, plongeur apnéiste français, atteint pour la première fois en 1976 les 100m de profondeur. Surnommé «l’homme dauphin», il marque les esprits tant pour sa passion pour ces animaux, que pour sa capacité à faire descendre son rythme cardiaque, lors des plongées, de 70 pulsations à une vingtaine. On ne pensait la chose possible que chez les mammifères marins. En 1988, «Le Grand Bleu», de Luc Besson, immortalisera, de manière romancée, sa vie.

Les deux hommes de l’Atlantique

En 1995, le Français Guy Delage traverse l'Atlantique à la nage et en dérive. Il parcourt 3735 km en 55 jours. Il nage entre six et huit heures chaque jour et le reste du temps, le flotteur lui permet de dormir en dérivant. Le second homme de l’Atlantique est Benoît Lecomte qui traverse en 1998 l’océan à la nage, mais sans planche comme le précédent. Il réalise un périple de 5980 km en 72 jours. Un bateau le suit lui permettant de se reposer et de manger entre deux séances de nage.

Sipa

Plus fort que la Mort

En 1996, le coureur américain d'ultrafond, Marshall Ulrich, remporte pour la quatrième fois l'ultramarathon de Badwater, en Californie, réputée comme la course à pied la plus dure du monde. Un record toujours non égalé. A noter que les ultrafonds sont des courses se parcourant sur des distances supérieures au marathon (42.195km), en milieu naturel, voire hostile.

L'appel du vide depuis la Dame de fer

En 2010, Taïg Khris, champion franco-gréco-algérien multititré de roller, se prépare à battre le record du monde de saut dans le vide. Pour cela, il utilise le cadre prestigieux du premier étage de la Tour Eiffel et réalise l'exploit avec une chute de 12,5m, suivie d'une réception sur une rampe de 30m. Ce roller agressif, qui se pratique en ville (street roller) ou dans les parcs (les mêmes terrains que pour le skateboard), est un sport encore très récent qui mérite d’être suivi… 

>>>Retrouvez l'ensemble de notre dossier «Goût de l'extrême» réalisé à l'occasion de la sortie en salle du film Everest, le 23 septembre.