Les 5 battles français qui ont marqué l’histoire du breakdance

INOUBLIABLES Depuis les années 1980, les breakers s’affrontent, donnant lieu à des combats de légende…

Laura Belleyme
— 
Pendant les battles, les danseurs s'affrontent deux contre deux ou en équipes et assurent le spectacle.
Pendant les battles, les danseurs s'affrontent deux contre deux ou en équipes et assurent le spectacle. — Krists Luhaers/Flickr

Un battle c’est quoi? Le DJ lance la musique et le combat de break peut commencer! A la fin, un jury (parfois le public) choisit le vainqueur. C’est dans ces compétitions que les danseurs se rencontrent. Au cours des années, certains d’entre eux sont devenus des classiques. Le speaker Youval, le danseur Dom-K (Infamous) et le prof Bouba Colorz (Joyeux Loufock) reviennent sur ces moments historiques.

1999: Rock Force VS The Family     

La scène se déroule en Allemagne. Les danseurs de Rock Force assistent à une soirée. Ils y rencontrent leurs rivaux de The Family. Les deux crews décident alors de faire un battle. «Rock Force, c’est le groupe le plus fort des USA. La plupart de leurs danseurs cartonnaient grave. Family, c’est les mecs de Châtelet-les-Halles», raconte Youval. «C’est l’un des rares battles improvisés du break, en dehors d’une compétition officielle.»


2002: Benji VS Crumbs

Face à face entre l’Américain Crumbs, qui a prouvé maintes fois sa suprématie et le Français Benji, inconnu au niveau international, mais l’un des «nouveaux petits génies du break» en France, selon Youval, son mentor. Autour d’eux, environ 2.000 personnes assistent à ce battle historique. «On a même dû recaler des gens à l’entrée. Ce genre de duel, tu ne veux pas le voir en vidéo, tu veux être là en live», s’exclame-t-il.


2002: Benji VS Junior   

Affrontement au sommet entre Benji, star du break (Division Alpha) et Junior, nouvelle recrue des Wanted Posse, étoile montante qui flirte avec l’excellence. En résumé, c’est souplesse contre force. Des dizaines de passages s’enchaînent, jusqu’à ce qu’ils jettent l’éponge, épuisés. «Ça s’est passé dans un haut lieu du break, à Châtelet-les-Halles», raconte Dom-K, breaker et membre du crew Infamous. Trois cent personnes étaient rassemblées pour voir les deux grands s’affronter. «A cette époque-là, peu de personnes avaient internet, donc on était tous là grâce au bouche-à-oreille.»


2006: Israéliens VS Palestiniens

Le duel symbolique par excellence, au-delà du conflit qui oppose leurs deux pays. Ce jour-là, au Festival Temple O’Style de Savigny-le-Temple (77), «ils ont montré que la danse, ce n’est pas de la politique», se souvient Youval. Israéliens et Palestiniens se sont affrontés en battle, dans le respect des valeurs du break.


Pockemon VS Vagabonds     

Ici, pas de date précise car les connaisseurs savent que c’est une saga. Pendant des années, ces deux crews se sont affrontés dans des battles qui sont encore rejoués à l’identique aujourd’hui. «C’est un classico, les Parisiens du crew Vagabonds contre les Lyonnais du Pockemon crew», explique Bouba Colorz. «Il y a de la tension, ça donne de très beaux battles.» Et grâce au break, ces «ennemis» historiques sont même devenus potes, malgré les petites rivalités qui persistent pour savoir qui est le plus fort!

>>>Retrouvez l'intégralité de notre dossier "planète breakdance", en partenariat avec le spectacle Red Bull Flying Illusion, qui se produira à Paris, Toulouse, Lille, Marseille et Lyon en novembre.