Imaginez une femme qui conduit une grue, qui dirige un orchestre ou une militaire dans un sous-marin. Vous n’y parvenez pas? C’est normal. Beaucoup de secteurs professionnels sont encore fermés aux femmes.

En théorie, aujourd’hui, tous les métiers leur sont accessibles. Un droit qu’elles n’ont acquis que très récemment. «Jusqu’en 2014, il leur était encore interdit d’être sous-marinières. Mais en avril dernier, les femmes ont enfin obtenu l’autorisation d’exercer ce métier», raconte Clémence Pajot la directrice du Centre Hubertine Auclert, le centre francilien de ressources pour l’égalité homme-femme. Les premières sous-marinières sont aujourd’hui en formation et embarqueront en 2017.

Autre secteur où la gent féminine est extrêmement sous-représentée: le bâtiment et les travaux publics. Seuls 11,7% des femmes travaillent dans le secteur de la construction selon l’enquête Emploi 2013, publiée par la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares).

>>> A lire aussi: Toutes les inventrices ne font pas fortune comme Joy Mangano, créatrice du balai vapeur, et dont l'ascension fait l'objet du film Joy. Le métier d'inventeur reste extrêmement masculin. Pourquoi?

Une prétendue faiblesse physique

«Un des arguments qui revient souvent est celui de la force. Les femmes ne pourraient pas exercer certains types de métiers par faiblesse physique, comme dans le BTP par exemple», explique Laetitia De Oliveira, chargée de mission pour l’égalité hommes-femmes au sein de l’association Pour qu’elle revienne, un organisme qui fait de la prévention dans les écoles. «Or on sait très bien que ce critère n’est pas valide. Dans d’autres pays, comme l’Inde ou l’Indonésie, les travaux de chantiers sont majoritairement assumés par les femmes.»

Le domaine de la culture, lui non plus, n’est pas en reste. A peine 4% des chefs d’orchestre sont de sexe féminin, révèle l’étude La place des femmes parmi les auteur-e-s SACD publié par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD).

Des professions moins reconnues

«Les stéréotypes veulent que la culture soit plutôt une affaire de femmes. Mais elles n’accèdent à aucun poste à responsabilité. Par exemple, très peu d’entre elles sont directrices de scènes nationales», regrette Laetitia De Oliveira.

De manière générale, sur 87 familles de métiers, 20 d’entre elles sont exercées à plus de 50% par des femmes selon l’enquête Emploi de la Dares. «Elles correspondent à des métiers bien considérés socialement», analyse Clémence Pajot, comme les professionnels des arts et des spectacles, l’armée, les pompiers ou les cadres de la fonction publique.

Sur ces 87 catégories de métiers, il en existe tout de même qui, à l’inverse, sont dévolus aux femmes. «Elles ne sont que 12. Et ce sont des professions qui sont socialement moins reconnues, comme les aides à domicile, les aides-soignantes ou les secrétaires», commente Clémence Pajot. Seule profession qui bénéficie d’une bonne considération figurant dans la liste: les cadres des services administratifs, comptables et financiers.

>>> Retrouvez tout notre dossier "Femmes de pouvoir", en partenariat avec Fox et le film "Joy", au cinéma le 30 décembre.