L'ESL Pro League de 2018 à Odense au Danemark.
L'ESL Pro League de 2018 à Odense au Danemark. — Helena-Kristiansson

Competition

E-sport: la finale de l’ESL Pro League se joue à Montpellier

Pour sa deuxième édition, l’Occitanie Esports 2019 accueille les phases finales de l’ESL Pro League, une première en France

  • Du 21 au 23 juin, la Sud de France Arena à Montpellier accueille la deuxième édition de l’Occitanie Esports.
  • A cette occasion, l’événement verra se jouer les finales de l’ESL Pro League.
  • Il s’agit d’un des tournois professionnels majeurs du circuit Counter-Strike : Global Offensive (CS : GO).

Le Sud joue le jeu et pas n’importe lequel. Du 21 au 23 juin, les gamers, autrement dit aficionados des jeux vidéo (et les autres) sont invités à se rendre à la Sud de France Arena, à Montpellier, à l’occasion de l’Occitanie Esports 2019. Au programme : des compétitions de e-sport, des rencontres avec des e-personnalités (dont Gotaga, streamer et vidéaste français spécialisé dans le jeu vidéo) et 50 stands.

La partie la plus importante se jouera au centre de l’arène : les phases finales de l’ESL Pro League, un des tournois professionnels majeurs du circuit Counter-Strike : Global Offensive (CS : GO), dernière version de la série fondatrice des jeux de tirs multijoueurs.

750.000 dollars de prix

« C’est une première, la France accueille rarement ce genre d’événement », remarque Arthur Guillermet, caster de la compétition, c’est-à-dire commentateur. Le topo :  16 équipes internationales s’affrontent pour remporter 750.000 dollars. Le tournoi se divise en deux temps : les poules et les phases finales, ouvertes au public de la Sud de France Arena. Pas de billet ? Tous les matchs seront retransmis gratuitement sur Twitch, service de streaming de jeu vidéo.

Parmi les têtes d’affiche, les Danois d’Astralis, qui dominent la scène CS : GO depuis plus d’un an. « Ils ont élevé les standards professionnels de CS : GO et l’ont porté à un autre niveau de préparation », déclare Arthur Guillermet. Encadrement, hygiène de vie, alimentation, préparation physique : ils ne laissent rien au hasard, sont « extrêmement structurés et rationalisent leur travail », poursuit le caster. Récemment, ils ont fait face à quelques revers mais restent considérés comme « la meilleure équipe de CS-GO de tous les temps. » Rien que ça.

20.000 visiteurs attendus

Éternelle seconde, même si elle a gagné quelques tournois il y a peu, la Team Liquid, made in Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada), compte bien continuer sur sa lancée. « On les attend dans les phases finales », pronostique Arthur Guillermet. Côté cocorico, les gamers de G2 Esports n’ont pas dit leur dernier clic. Seule équipe française en compétition, qui a brillé lors des phases de qualification, elle devrait remporter le prix du public et qui sait, créer la surprise.

Mais peu importe le palmarès quand la rencontre s’annonce explosive. « Je vais davantage me concentrer sur la transmission de l’émotion », promet Arthur Guillermet. Percées individuelles, coups d’éclat et autres retournements de situation sont donc les bienvenus. « Plus le match est serré, mieux c’est », précise-t-il.

Le public aura aussi son rôle à jouer : « Il y a toujours une atmosphère particulière dans ce genre d’événement, une ambiance de stade. On assiste assez souvent à un spectacle intense », décrit le commentateur, qui s’adapte à l’audience du jour. « Plus il y a de gens, plus je vais avoir un commentaire pédagogue, moins technique. » Les joueurs seront visibles du public. Isolés par des casques antibruit, ils pourront tout de même communiquer entre eux grâce à des micros, « comme dans un hélicoptère », explique Vincent Marty, codirecteur général de l’ESL France, organisateur de l’événement.

En marge de la Pro League, la Team Vitality, autre équipe française de sport électronique, sera là pour soutenir ses compatriotes et rencontrer ses fans. Les clubs tricolores seront aussi de la partie dimanche midi, lors de la finale du championnat français de Counter-Strike. Avec ce rendez-vous, ESL ambitionne de placer la France sur l’échiquier de l’e-sport international. En 2018, l’Occitanie Esports a attiré 8.000 curieux. Elle entend cette année en accueillir 20.000.