Votre voisin est capable d’arroser ses potes jusqu’à quatre heures du matin. Peut-être pourrait-il le faire avec vos plantes pendant votre absence? Capitalisant sur le retour de l’entraide entre voisins, les plateformes d’échange de services se sont multipliées ces dernières années.

Parmi elles, les réseaux sociaux de quartier à l’image de Mon Pti’Voisinage, Ma-Résidence ou Peuplade. Un concept qui n’est pas vraiment nouveau car le plus ancien d’entre eux, Peuplade, fut fondé en 2003-soit un an avant Facebook. «On a été un peu trop précurseur et ça s’est ressenti sur notre nombre d’adhérents. Mais depuis l’année dernière, nous connaissons une croissance mensuelle à deux chiffres», assure Grégoire Even, son président.

Gardien d’escargots

Sur Peuplade, les 22.000 utilisateurs s’échangent chaque jour des services et des informations sur la vie de quartier. «Avec les vacances, beaucoup d’utilisateurs se proposent pour réceptionner des colis, arroser les plantes… Quand il faut garder un chat, il y a au moins cinq réponses dans l’heure! On a même eu cette semaine un monsieur qui demandait de l’aide pour garder son élevage d’escargots», raconte Grégoire Even.

Même retour chez Mon P’ti Voisinage. Fondée en Bretagne en 2014, cette plateforme rassemble déjà plus de 100.000 personnes dans toute la France. «Les gens ont envie de retisser du lien social. C’est pourquoi ils ne demandent quasiment jamais de dédommagement quand ils rendent service», constate Morgane Hemery, responsable communication du site.

Encore faut-il qu’il y ait suffisamment de volontaires…C’est pour cela qu’est né «l’échange non-réciproque». C’est le principe de Yakasaider: avec ce site, le temps passé à arroser des plantes ou promener le chien du voisin est crédité sur le compte de l’internaute. En échange, celui-ci peut recevoir autant d’heures de cours de piano ou de bricolage proposées par d’autres membres de la plateforme.

>>>Comment faire garder son chat pendant les vacances?

Aide intergénérationnelle

Et si on a une personne âgée à charge? Là aussi il existe des solutions collaboratives. En plus de proposer les fonctionnalités classiques d’un réseau de quartier, Le site Ma-résidence.fr propose de l’aide intergénérationnelle.

«L’été est une période particulièrement sensible pour les personnes les plus fragiles et isolées. C’est pourquoi nous faisons appel à toutes les bonnes volontés pour prêter attention à leur voisinage», explique Charles Berdugo, son fondateur. En cas de canicule, le site se coordonne de plus avec les services sociaux afin de s’assurer du bien-être de ses membres.

Home-sitting

Enfin, pour s’occuper aussi bien des animaux que du courrier et des éventuels cambrioleurs, reste la possibilité du home-sitting. Un concept développé en France par le site Nomador. «C’est comme AirBnb mais gratuit. En échange les gens sont rigoureusement sélectionnés afin de s’assurer de la sécurité des biens», explique Mariannig Ferrari, sa fondatrice. Ouvert à l’international, le site permet même de trouver des volontaires si on habite en banlieue ou dans une campagne reculée. «On a un couple d’Asnières qui ne pouvait payer le chenil pour son chien. Ils ont accepté une famille d’Australiens et depuis ils reviennent chaque année.»