TOUT COMPTE FAIT... Ça gagne combien un livreur Deliveroo?

Témoignage Rémi, livreur chez Deliveroo, a accepté de nous dévoiler ses revenus…

Juliette Bonneau

— 

Le service de livraison de repas à domicile est déjà présent dans 15 villes en France.
Le service de livraison de repas à domicile est déjà présent dans 15 villes en France. — Deliveroo

L’économie collaborative, c’est du partage et des économies mais aussi de l’argent brassé. Au-delà des fantasmes, quels revenus tire-t-on réellement de ces nouvelles plateformes? Ce mois-ci, 20 Minutes se penche sur le service de livraison de plats cuisinés Deliveroo et décrypte les comptes de Rémi [1].

Depuis début 2016, ce trentenaire effectue régulièrement des «shifts» (rotations) chez Deliveroo, à Paris. Une activité qu’il occupe pour compléter les revenus tirés de son activité principale. Il y a quelques mois, Rémi a monté son entreprise d’impression textile, activité qui lui rapporte 1.200€ net par mois.

1- Ce qu’il a investi

Pour arpenter les rues de Paris et livrer des repas chauds à domicile, Rémi a du investir dans un vélo en janvier 2016. Acheté sur le Bon Coin, il lui a couté 70€.

Pour se connecter à l’application réservée aux livreurs (Driveroo), Rémi doit également être en possession d’un smartphone et d’un forfait comprenant une bonne connexion internet. «Je n’ai pas de très bonnes statistiques à cause de mon forfait. J’ai souvent des problèmes de connexion et ça me ralentit pour accepter les commandes», explique-t-il.

>>> Retrouvez tous les articles de 20 Minutes consacrés à l'économie collaborative

2- Ce qu’il gagne

Quatre soirs par semaine, de 19h à 23h15, Rémi effectue des «shifts longs» dans un des secteurs de la capitale. Il est «facturé» 7,50€  de l’heure, auxquels s’ajoutent 2€ pour chaque livraison. En moyenne, il confie arriver à faire «8 à 9 livraisons» par soir. Soit 50€ de revenus en moyenne par «shift long».

Tous les samedis, Rémi effectue également un «shift court». Il travaille donc 2 heures de 20h à 22h, payé au même tarif horaire. En général, il effectue «6 à 7 livraisons» par soir. Soit 30€ de revenus en moyenne par «shift court».

> Par mois, Rémi gagne donc en moyenne 920€ pour 80 heures travaillées par mois. Une somme à laquelle il faut ajouter 50€ de pourboire. Soit un total de 970€ brut.

3 -  Statut et cotisations sociales

Pour devenir livreur chez Deliveroo, il est obligatoire de se déclarer auto-entrepreneur (aujourd’hui micro-entrepreneur). La déclaration se fait par une simple déclaration en ligne sur le portail officiel des micro-entrepreneurs.

«C’est obligatoire. C’est l’ubérisation du travail. Officiellement, je ne suis pas salarié de Deliveroo, je leur facture un service», confie Rémi, qui affirme recevoir toutes les deux semaines une facture par e-mail avec le nombre d’heures, de courses effectuées ainsi que le détail des pourboires (lorsqu’ils sont versés en ligne). Rémi affirme ne pas déclarer les revenus tirés de son activité chez Deliveroo et ne s’acquitte donc pas des cotisations sociales.

Au vu de sa situation professionnelle, de son âge et de son parcours, Rémi pourrait profiter du dispositif d’aide au chômeur créateur ou repreneur d’entreprise (ACCRE) et bénéficier d’un taux de cotisation réduit d’environ 5%.

Si l’on applique ce taux, l’estimation de salaire net de Rémi s’élèverait à  environ 921€.

> S’il s’acquittait des cotisations sociales, le salaire net de Rémi s’élèverait à environ 921 euros pour 80 heures de travail par mois.

4 –Des coûts cachés et des inconvénients

Quand il effectue ses «shifts» Deliveroo, Rémi dit travailler sans assurance (il pourrait en souscrire une, entraînant des frais supplémentaires). «Quand je roule comme un fou dans Paris, je sais que si je tombe et que je pars à l’hôpital, ce sera pour ma pomme. Je ne pourrais plus travailler pour ma propre entreprise», admet-il.

«Le problème de ces boulots, c’est qu’il n’y a aucune sécurité. Eux, ils s’en foutent, ils te remplacent», reconnait-il. «Après, il faut assumer. Ils ne forcent personne.»

>>> A lire aussi: Ça gagne combien un agriculteur qui passe par la Ruche qui dit Oui?

Si Rémi peut décider de ne pas effectuer un «shift», son «taux d’absence» est comptabilisé dans ses statistiques (qui prennent également en compte le temps mis pour se rendre au restaurant, pour accepter les commandes et pour les livrer). Aujourd’hui, ces mêmes statistiques l’empêchent de toucher des «primes». Chez Deliveroo, un «maillot jaune» peut en effet gagner jusqu’à 4€ à chaque livraison, contre 2€ actuellement pour Rémi.

«Au début, c’est bien, tu es content, tu gagnes de l’argent. Au bout de trois mois, je commence à être fatigué mentalement par le fait de jongler entre deux boulots», confie-t-il. Rémi souhaite d’ailleurs «arrêter très bientôt» son activité avec la plateforme.

[1] Le prénom a été modifié