Pourquoi votre Amap ne vous propose que du chou l’hiver?

Agriculture Si les paniers d’été sont généralement très fournis, certains mois sont moins folichons…

Christine Ludwig

— 

On a préféré illustrer avec des paniers d'été...
On a préféré illustrer avec des paniers d'été... — N. José/Sipa

Mardi, 19h30. Il est l’heure d’aller chercher son panier à l’Amap (Association pour le maintien d'une agriculture paysanne). Vision d’horreur: il n’y a quasiment que du chou et des navets. Envolés, les jolis paniers du mois d’août, où les pêches juteuses côtoyaient les belles tomates bien mûres. Ce constat peut paraître décourageant pour les abonnés, qui souscrivent souvent à une offre à l'année. Et pourtant, personne n’est à incriminer sinon le cycle de la nature.

Des printemps difficiles

«En général, ce sont les paniers d’avril qui sont les moins fournis. En hiver, les légumes comme la salade, la mâche ou les épinards poussent encore. Donc on les intègre aux paniers. Ensuite, au début de l’année, il n’y a plus trop de récoltes. Pour peu que les beaux jours peinent à arriver, ça crée une période de creux.» Heureusement, il reste toujours quelques légumes de garde à mettre dans les paniers quand plus rien ne pousse. «Les légumes de garde, ce sont tout simplement les fruits et légumes qui peuvent être conservés plusieurs mois avant d’être consommés, comme les poireaux, les carottes, les pommes… Le maraîcher les conserve chez lui et les distribue au fur et à mesure.»

Tout s’équilibre en septembre

Noémie Degroote admet qu’à cette période, les paniers sont moins fournis. Mais selon elle, cela s’équilibre avec les paniers d’août et de septembre qui sont « absolument énormes.» Cette inégalité entre les différents mois de l’année fait beaucoup rire Patrice, le trésorier de l'association Coup de pouce à Paris. «Souscrire à une Amap, c’est faire un travail d’acceptation, s’amuse-t-il. La nature a des cycles, il ne faut pas l’oublier. Si les paniers sont moins fournis, ce n’est pas parce que le maraîcher aurait moins travaillé.»

Quant à savoir si les amapiens se sentent assez découragés pour se désabonner, aucun des responsables contactés ne peut nous l’assurer. «De notre côté, on va renouveler nos contrats en hiver, au 1er janvier, explique Patrice en explosant de rire. On verra bien si les gens reviennent ou non.»

>>>Retrouvez tous les articles de «20 Minutes» sur l'économie collaborative

Peut-être même que les inscriptions bénéficieront d’un boom avec les consommateurs qui prennent de bonnes résolutions? Pour la nouvelle année, les Amap on bien le droit de rêver.