«Ça prend du temps de devenir "consom’acteur"!»

ma vie écoco Dans le cadre de notre expérience «100% collaborative», l’experte Emilie Morcillo indique comment changer ses habitudes au quotidien...

Adèle Bertier

— 

Emilie Morcillo est experte en économie collaborative et ambassadrice du salon Share Paris.
Emilie Morcillo est experte en économie collaborative et ambassadrice du salon Share Paris. — E. Morcillo

Si vous avez suivi l’économie collaborative sur 20 Minutes ces derniers temps, vous savez que la rédaction m’a lancé un défi un peu particulier: vivre à 100% sur le mode collaboratif, tout le mois de septembre. A quelle sauce vais-je être mangée, exactement? Mon expérience saura-t-elle vous inspirer? Emilie Morcillo, consultante en économie collaborative et coorganisatrice du salon Share Paris, me livre ses conseils d’experte pour que je ne baisse pas les bras à la première difficulté rencontrée. Mais je suis prévenue: «Ça ne va pas être facile…»

>>> A lire aussi: Share Paris parviendra-t-il à mobiliser le grand public?

Ça veut dire quoi vivre en mode 100% collaboratif?

Ça veut dire sortir de sa zone de confort. Tester des choses que tu ne connais pas, ne pas être sûr que ça va marcher, ne pas savoir à quoi s’attendre. Ça ne va pas être facile mais passionnant! Tu vas en retirer des bénéfices, et pas uniquement sur le plan pécuniaire. Du côté humain, évidemment, puisque l’économie collaborative, c’est d’abord une histoire de partage et de rencontres.

Par où commencer pour se mettre vraiment dans le bain de l’économie collaborative?

Il faut trouver une porte d’entrée. Souvent, ce qui marche le mieux, c’est celle des bons plans. Par exemple, quand on économise un peu d’argent avec Blablacar ou que quelqu’un nous dépanne gratuitement. Sinon, ce que je recommande à tout le monde est de tester les circuits courts pour mieux manger, et de façon plus respectueuse des producteurs. On peut s’inscrire dans une Amap ou une Ruche qui dit oui! Il suffit d’aller récupérer son panier, ce n’est pas très contraignant...

Beaucoup moins que d’ouvrir sa porte à des inconnus ou louer sa propre voiture…

C’est sûr. Après, on peut passer à l’étape supérieure, mais il faut y aller progressivement et ne pas croire que tout va changer pour toi en l’espace d’un mois. Ça prend du temps de devenir consom’acteur!

Si tu devais recommander un seul service collaboratif que tout le monde à intérêt à tester, ce serait lequel?

Vizeat.com permet de manger de bons petits plats chez des inconnus. Crédit: Vizeat.com/capture d'écran
Vizeat.com permet de manger de bons petits plats chez des inconnus. Crédit: Vizeat.com/capture d'écran

VizEat est vraiment un incontournable. Avant, on se prévoyait une soirée restau/ciné. Maintenant, on va dîner chez des inconnus! C’est vraiment nouveau, pas juste la transposition digitale de quelque chose qui existait déjà. Moi je l’ai testé à Paris. Je me suis retrouvée avec des gens que je ne connaissais pas, beaucoup de touristes qui aiment bien VizEat pour le côté dîner avec des locaux. La personne qui nous a reçus était traiteur. On a très bien mangé, parlé anglais toute la soirée… Mais ça demande un petit effort car tu sors de ta zone de confort. Au début, tu prends le métro et tu te dis, «je vais où là?»!

>>>A lire aussi: Les sites pour manger à la sauce collaborative

Quelles sont les difficultés que je risque de rencontrer?

Il y a un tas de nouvelles plateformes de l’économie collaborative qui se créent. Si tu veux tester des sites qui n’ont pas encore fédéré une grosse communauté, tu vas te heurter à une offre trop limitée. Ensuite, il y a ce système de notation sur lequel sont basés la plupart des sites de jobbing. Pour décrocher facilement du travail, il faut avoir des retours positifs des personnes qui ont fait appel à tes services. Je te conseille de tester les plateformes d’échanges de services gratuits comme Mutum et Share Voisins, et d’autres payants, comme Allo Voisins. Ça te permettra de voir ce qui marche le mieux et quels bénéfices tu retires des uns et des autres.

Qu’est-ce qui pourrait me pousser à prolonger cette expérience au-delà du mois de septembre?

Je te souhaite d’avoir un déclic sur au moins un usage. Que ce soit au niveau alimentation, logement, déplacements… J’espère que tu rencontreras des gens inspirants qui te donneront envie de continuer. L’inspiration, c’est la clé du changement.