«Tesla et Uber seront nos prochains concurrents»

Mobilité Pour Paulin Dementhon, fondateur de Drivy, la voiture autonome va bouleverser notre rapport à l'automobile...

Julien Valnier

— 

Paulin Dementhon, PDG et fondateur de Drivy était au salon Autonomy, dédié à la mobilité urbaine, le 6 octobre 2016.
Paulin Dementhon, PDG et fondateur de Drivy était au salon Autonomy, dédié à la mobilité urbaine, le 6 octobre 2016. — Drivy

Fondée en 2010, Drivy s’est imposée comme le numéro un de la location de voitures entre particuliers en Europe et l’un des plus grands succès de l’économie collaborative française. A l’occasion du festival Autonomy qui se tenait du 6 au 9 octobre 2016 à la Halle de la Villette à Paris, 20 Minutes a rencontré Paulin Dementhon, son fondateur. L’occasion d’interroger le futur de l’autopartage…

Aujourd’hui, Drivy est un acteur mondial de l’économie collaborative, au même titre qu’Airbnb ou Blablacar. Aviez-vous imaginé cela lorsque vous avez créé votre start-up, il y a six ans?

A l’époque, on était les tous premiers. Il n’y avait pas de termes pour décrire ce que l’on faisait. Rétrospectivement, on se dit «Oui, c’est de l’économie collaborative». Mais, dans les faits, je n’avais jamais entendu parler d’AirBnb et je connaissais à peine Covoiturage.fr. On n’avait pas du tout l’impression de faire partie d’un tel écosystème.

D’où vous est venue l’idée?

J’ai imaginé Drivy à l’époque où je vivais à Marseille. Les trottoirs y sont complètement encombrés de voitures en stationnement. On appelle ça des «voitures-ventouses». Des véhicules qui ne servent qu’une fois tous les quinze jours. C’est un énorme gâchis d’espace public mais aussi de ressources: une voiture coûte en moyenne 5.500€ par an à son propriétaire. C’est là que j'ai eu l'idée d'un système gagnant-gagnant permettant aux particuliers de louer leurs véhicules entre eux.

>>>A lire aussi : Combien économise-t-on en louant une voiture à un particulier?

Où en est l’entreprise aujourd’hui?

Nous avons un million d’utilisateurs en Europe dont 40.000 propriétaires qui utilisent Drivy pour diminuer ou rembourser le coût de leur véhicule. Depuis juin dernier, nous sommes officiellement dans cinq pays dont la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Autriche et la Belgique. Cette année nous allons continuer notre expansion à l’international…

Vous avez tout de même la concurrence de OuiCar qui propose un service équivalent au vôtre…

En effet, mais ils sont plus petits que nous et la SNCF les a rachetés, donc ils vont suivre une route un peu différente. Il y a eu jusqu’à 35 services similaires au nôtre dans le monde. Désormais, on compte un ou deux gros acteurs en Chine. Un très gros aux Etats-Unis : Turo. Et nous en Europe. On tend vers un acteur par continent.