Offrez vous un «personal shopper» en quelques clics 

noël Cette année, si vous ne voulez pas perdre de temps à chercher le meilleur prix pour vos cadeaux de Noël, des internautes le feront pour vous…

Adèle Bertier
— 
CrossShopper a développé un concept de «personal shopper», en ligne, avec de «vrais gens», derrière les écrans, prêts à dénicher la meilleure affaire pour vous.
CrossShopper a développé un concept de «personal shopper», en ligne, avec de «vrais gens», derrière les écrans, prêts à dénicher la meilleure affaire pour vous. — SIPA

Vous avez horreur de la foule dans les magasins au moment de Noël? Vous ne supportez pas non plus de passer des heures sur internet pour trouver les meilleurs prix? Si vous n’êtes pas trop regardant sur la provenance des cadeaux que vous souhaitez offrir, CrossShopper.com est certainement fait pour vous.

Début 2017, cette start-up montpelliéraine a développé un concept de «personal shopper», en ligne, avec de «vrais gens», derrière les écrans, prêts à dénicher la meilleure affaire pour vous. Et tout ça, gratuitement.

Le leitmotiv de cette jeune pousse: injecter une dose d’humain dans l’e-commerce. Contrairement aux autres comparateurs de prix, CrossShopper.com se repose non pas sur des algorithmes mais sur des particuliers pour mettre la main sur la perle rare recherchée par un internaute.

42% des Français feront leurs achats sur Internet

D’après une étude réalisée par Adobe Digital Insights en septembre 2017, 42% des consommateurs français réaliseront tous leurs achats de Noël sur Internet cette année. Seulement voilà: mieux vaut avoir du temps devant soi.

Sur CrossShopper, une communauté d'internautes cherchent les meilleurs prix pour vous. Crédit: CrossShopper

«Les Français passent en moyenne 3h30 à effectuer un achat sur internet, selon la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance)», rappelle Marie-Cécile de Faucigny, cofondatrice de CrossShopper. La communication de la start-up porte donc sur le gain de temps des particuliers grâce aux 4.000 autres qui cherchent pour eux.

Le site est récemment parvenu à se hisser en haut des recherches Google sur le mot-clé «Comparateur de prix» et a enregistré 13.000 visiteurs uniques entre octobre et novembre 2017. De quoi satisfaire Marie-Cécile qui ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. «D'ici Noël, on voudrait atteindre 50.000 visiteurs uniques par mois.»

Kylian, 19 ans, fait partie de cette communauté depuis début novembre. Le jeune homme ne se pose même plus la question: quand il cherche à s’acheter un produit, il surfe sur internet. «Pour moi c’est un plaisir. Dès que j’ai deux minutes, je vais voir si je peux trouver le meilleur deal

En «10 minutes maximum», Kylian trouve le bonheur d’un internaute. Ses domaines de prédilection: l’informatique et les jouets pour enfants. «J’ai l’habitude avec mon petit frère. Par contre il ne faut pas me demander de trouver un bon prix sur la cosmétique!»

Seulement 30% de l'offre du marché référencée sur les comparateurs

Contrairement à la plupart des internautes, Kylian se rend directement sur des sites qu’il connaît bien, et déjoue les algorithmes. Vous savez, ce système qui valorise certains produits en première page de votre requête sur Google... «En général, ces grandes marques paient entre 20 et 50 centimes du clic au comparateur de prix», explique Marie-Cécile.

CrossShoper comptabilise tout de même «environ 200 marques affiliées», sur lesquelles l’entreprise perçoit un pourcentage si l'acte d'achat est concluant. «Mais au moins, on n’impose rien. La communauté est libre de proposer les sites qu’elle veut», précise la cofondatrice.

>>> Retrouvez tous les articles de 20 Minutes sur l'économie collaborative 

En cherchant bien, il y a de quoi trouver son bonheur. En France, le nombre de sites d’e-commerce s’élève à plus de 180.000, d’après la Fevad. Mais sur les comparateurs traditionnels, «seulement 30% de l'offre du marché e-commerce est référencée, principalement les plus gros sites qu’on connaît tous comme Priceminister ou Cdiscount.» Kylian, lui, se rend plutôt sur des adresses internationales pour faire ses recherches. «Je vais sur Amazon Allemagne par exemple, ou des sites chinois.»

Depuis février 2017, CrossShopper aurait fait économisé xx€ aux internautes. Crédit: CrossShopper

«Dans 70% des cas, la communauté trouve un meilleur prix que ce que le demandeur a repéré. Et le tarif proposé est en moyenne 21% moins élevé», ajoute la cofondatrice. Depuis février 2017, les «shoppers» auraient fait économiser plus de 120.000€ aux demandeurs. Pour justifier cette somme, l’entreprise se base sur les prix enregistrés par l’extension que l’internaute installe sur son navigateur quand il navigue sur les différents sites d’e-commerce.

«Il ne faut pas le faire pour l’argent»

Si la communauté permet aux accros du shopping en ligne de faire de petites économies, le gain d’argent est pour elle quasi inexistant. «Au mieux, les membres peuvent gagner entre 20 et 30€ par mois en étant vraiment très actifs! Il ne faut pas le faire pour l’argent», reconnaît Marie-Cécile.

Quant ils proposent des deals intéressants, ces fouineurs aguerris perçoivent des points convertibles en euros. Idem quand ils signalent une arnaque parmi les autres deals proposés. Ils gagnent alors des «points de réputation».

Les «shoppers» décident soit de dépenser cet argent parmi les marques affiliées à CrossShopper, soit de les récupérer sur leur compte en banque. «Ça me fait plaisir de trouver le bon deal pour les autres. Mais ce que je gagne est vraiment symbolique», raconte Kylian. Avec 97 points, soit 97 centimes à son compte, le jeune homme ne risque pas de faire des folies pour les fêtes de fin d’année. Vous, en revanche… Joyeux Noël.