Que guérit-on grâce au don de sang?

Petunia James

— 

En fonction du composant du sang utilisé, on peut guérir différentes maladies.
En fonction du composant du sang utilisé, on peut guérir différentes maladies. — EFS/Benjamin Barda

SANTE - Vous avez surmonté votre peur de l’aiguille pour aider votre prochain. On vous explique concrètement à quoi votre hémoglobine va servir.

logo 20 MinutesLe don de sang est un acte anonyme et purement altruiste. Mais si l’altruisme se définit par le souci désintéressé du bien d’autrui, on n’en est pas pour le moins désintéressé de ce que notre sang va devenir. A qui va-t-il servir? Comment? Pourquoi?

Les soldats de la guérison

«Il existe plusieurs composants dans le sang, notre but c’est d’apporter le bon composant au malade qui en a besoin», explique le Dr. Anne François, responsable distribution et approvisionnement des produits sanguins labiles de la section Île-de-France de l’Etablissement français du sang (EFS). A partir de la poche de sang recueillie lors de notre don, on peut fabriquer trois produits: des globules rouges, des plaquettes et du plasma. Chacun d’entre eux peut contribuer à sauver la vie d’une personne. 600.000 de ces produits sanguins sont délivrés chaque année rien qu’en Île-de-France pour le compte de 90.000 patients.

Les globules rouges se chargent de transporter l’oxygène dans le corps. Ils permettent de «maintenir toutes nos cellules en bon état». Les plaquettes sont «les éléments essentiels de l’hémostase, ce mécanisme naturel qui nous empêche de saigner. Elles bouchent la brèche et permettent au sang de coaguler.» Quant au plasma, ce liquide dans lequel baignent les globules rouges et les plaquettes, «il contient les facteurs de coagulation et les protéines nécessaires pour boucher les trous», indique le médecin. Tous ces composants sont essentiels au bon fonctionnement du corps humain.

Maladies mortelles et accidents

Les patients nécessitant une transfusion sont, le plus souvent, atteints de maladies mortelles. Parmi elles, on note la leucémie qui empêche la production de cellules sanguines au niveau de la moelle osseuse. Dans le cas de personnes ayant développé un cancer, la chimiothérapie attaque aussi bien les cellules cancéreuses que normales. «La transfusion de globules rouges, et parfois de plaquettes, est essentielle pour pouvoir administrer leurs traitements aux malades. Si on ne le fait pas, ils risquent de mourir», informe le Dr. Anne François.

Enfin, les polytraumatisés ont eux aussi besoin d’être transfusés. Ce sont les motards et autres accidentés de la voie publique, les femmes en plein accouchement qui subissent une hémorragie de la délivrance ou encore les patients de certaines grosses chirurgies. «Lorsqu’il y a des hémorragies aiguës, les patients perdent tout. On a donc besoin de leur transfuser aussi bien des globules rouges que des plaquettes et du plasma», détaille le docteur.

>>> Retrouvez l'intégralité de notre dossier sur le don de sang.