Pour votre don, ne vous faites pas de mauvais sang

Rédaction 20 Minutes

— 

Bien encadré, le don de sang devient un acte tout à fait normal et habituel.
Bien encadré, le don de sang devient un acte tout à fait normal et habituel. — EFS/Matthieu Verlinde

ASTUCES - Pour un bon nombre de personnes, le don de sang n'est pas une expérience anodine. Anxiété, stress, appréhension: quelques conseils pour que votre don se passe au mieux.

logo 20 MinutesL'aiguille vous angoisse, les blouses blanches vous font paniquer, vous avez peur de tomber dans les pommes ou de vous sentir oppressé? Vous n'êtes pas seul à ne pas oser franchir la porte d'un centre de don pour ces raisons.«On appréhende tous la première fois, explique Anne-Laure, donneuse régulière. Pourtant, c'est un acte des plus banals.»

Banal, oui, mais pas question de vous y rendre les mains dans les poches. Prévoyez votre carte d'identité et surtout, n'y allez pas à jeun.«Les donneurs doivent posséder toutes leurs capacités et être en pleine forme», souligne Djamel Benomar, médecin responsable du site fixe Necker-Cabanel.

Contrairement aux idées reçues, les files d'attente interminables sont rares. Et si le temps se fait long, vous pourrez profiter de l'équipement de certains centres (DVD, WiFi, Ipad). Après l'entretien médical, on vous demandera de choisir le bras sur lequel vous préférez être piqué: «Pour un droitier, il vaut mieux donner le bras gauche, prévient Anne-Laure. On peut être engourdi pendant plusieurs heures.»

«On fait tout pour les mettre à l'aise»

Pour atténuer un peu votre stress, vous pouvez aussi venir accompagné d'un proche, apporter un livre ou encore de la musique. Djamel Benomar, quant à lui, rappelle qu'une «infirmière reste aux côtés des donneurs, elle leur parle, les surveille». Et pour rassurer encore les «héros des temps modernes», comme il les surnomme, le médecin leur dit de «parler beaucoup. On tisse souvent des relations, on fait tout pour les mettre à l'aise

Si la durée du don varie selon le type de prélèvement, quelques minutes suffisent dans la plupart des cas. Une fois terminé, le personnel du centre vous offre une collation et vous propose de vous reposer une petite vingtaine de minutes sur place. En sortant, vous n'avez pas à changer vos habitudes.

Abstenez vous seulement de pratiquer une activité physique intense et évitez les sports extrêmes (plongée, saut à l'élastique ou en parachute) pendant quelques jours. Pour que son sang se renouvelle correctement, Anne-Laure a pris l'habitude de «beaucoup [s]'hydrater après le don». N'hésitez pas, enfin, à prévenir l'EFS en cas de signes d'infection jusqu'à quinze jours après le prélèvement.

Lou Ducreux

>>> Retrouvez l'intégralité de notre dossier sur le don de sang.