L'été, le don de sang ne prend pas de vacances

Rédaction 20 Minutes

— 

Pour éviter la pénurie, l'EFS se rend sur les littoraux afin de retrouver les donneurs sur leur lieu de vacances.
Pour éviter la pénurie, l'EFS se rend sur les littoraux afin de retrouver les donneurs sur leur lieu de vacances. — EFS/Thomas Gogny

VACANCES - Avec les fêtes de fin d'année et le mois de mai, entrecoupé de nombreux ponts, la période estivale est particulièrement compliquée à gérer pour l'EFS. L'établissement cherche à mobiliser les donneurs avant les grands départs.

logo 20 Minutes«Avant de partir, j'éteins l'électricité, je ferme le gaz et... je donne mon sang!» Voilà l'un des messages lancés chaque année par l'Établissement français du sang (EFS) à l'approche des grandes vacances. L'institution, qui aurait besoin de 10.000 dons par jour pour traiter l'ensemble des malades, connaît systématiquement une baisse du niveau de ses stocks lors de la période estivale.

«Une poche de sang ne peut se conserver plus de 42 jours, rappelle Michèle Villemur, médecin responsable du centre d'accueil Saint-Antoine-Crozatier (Paris 12e). Et c'est encore pire pour les plaquettes, qui périssent au bout de cinq jours.» L'été, l'indicateur «météo du sang», mis en place par l'EFS pour sensibiliser la population, vire au jaune. Il correspond alors à une situation «fragile», voire «très fragile». «Les villes se vident de leurs habitants, regrette le médecin. Il y a aussi les jobs d'été, qui accaparent les étudiants, et puis les congés des collègues, qui empêchent les employés de s'absenter.»

Pas de vacances pour les malades

Si les dons s'arrêtaient subitement, l'Établissement français du sang ne pourrait tenir que 14 jours. D'où l'importance d'anticiper, encore plus avant les mois de juillet et d'août. Les personnes ayant choisi de passer leurs vacances hors d'Europe devront attendre quatre mois à partir de la date de leur retour (par mesure de précaution vis-à-vis de maladies comme le paludisme).

Pour éviter les pénuries, les collectes mobiles (40.000 sur l'année entière) se déplacent sur les lieux de villégiature, littoraux en tête. «Nous y installons nos chapiteaux et déployons nos couleurs, poursuit Michèle Villemur. L'été, les vacanciers sont dans un état d'esprit plus positif. Ils donnent plus volontiers si nous venons à eux. Les malades ne prennent pas de vacances, et nous ne sommes jamais fermés.»

La journée internationale du don de sang, qui se déroule chaque année le 14 juin, est également une bonne occasion de toucher le maximum de gens. «La date n'est pas anodine, confirme Jean-Claude Brocart, coordinateur de l'association Mon sang pour les autres. Elle permet d'attirer du monde à un moment clef, afin de récupérer un maximum de dons avant l'été.»

Lou Ducreux

>>> Retrouvez l'intégralité de notre dossier sur le don de sang.