Diabète et sport, les précautions à prendre

Rédaction 20 Minutes
— 
Contrairement aux idées reçues, le sport n'est pas toujours déconseillé pour les diabétiques.
Contrairement aux idées reçues, le sport n'est pas toujours déconseillé pour les diabétiques. — J.M. Guyon - Copyright 2/AP/SIPA

PRATIQUE – Si l’activité sportive est souvent conseillée aux diabétiques, celle-ci doit être correctement encadrée. Le point avec le diabétologue Michel Cahane.

Le sport est-il bon pour la santé des diabétiques? A l'occasion de la journée mondiale du diabète le 14 novembre, Michel Cahane, diabétologue et président de l’association Aide aux jeunes diabétiques, la réponse est «oui». A condition d’établir un suivi rigoureux et de prendre des précautions.

«En soixante ans, la physiologie du diabète a considérablement évolué. Dans les années 1950, lorsque Henri Lestradet, fondateur de l’Aide aux jeunes diabétiques, a rencontré Bill Talbert , un champion américain de tennis atteint d’un diabète traité à l’insuline, cela a été un choc. Tandis que lui disputait des matches de haut niveau, en France, les insulino-dépendants restaient à l’hôpital!».

La situation est aujourd’hui bien différente. Si l’activité sportive des personnes atteintes d’un diabète de type 1 impose un suivi attentif, il n’y a, a priori, «pas de contre-indication à la pratique sportive: cela impose surtout d’être vigilant à des moments précis».

Eviter les bouleversements

En plus d’améliorer la capacité respiratoire et diminuer le risque cardio-vasculaire, la pratique sportive permet de mieux utiliser le glucose et d’améliorer la sensibilité à l’insuline.

Chez les diabétiques encore plus que chez les autres personnes, «elle doit être régulière et éviter les bouleversements. Elle impose surtout une mesure de la glycémie avant, pendant et après l’effort».

En fonction du taux de glucose, la personne atteinte de diabète doit ajuster sa prise d’insuline. «Habituellement, il faut baisser un peu la dose administrée avant l’activité. Si la glycémie est trop basse, il convient de prendre un produit sucré, pour mieux gérer l’effort.»

Si, en revanche, la glycémie est trop haute, il est préférable de retarder l’activité plutôt que de prendre un supplément d’insuline. «L’intérêt du sport pour une personne atteinte de diabète, c’est d’abord de mieux connaître son organisme, de se sentir encore mieux dans son corps».

Trois règles de base

1. Eviter les activités qui imposent un effort violent et court. Le jogging, le vélo ou tout autre sport pratiqué à une allure modérée sont recommandés. Tout cela en sachant prendre des temps de repos pendant l’effort.

2. Prendre toujours avec soi un produit sucré, pour ajuster sa dose de glucose en cas de besoin.

3. Toujours prévenir son entourage avant toute activité physique. Que ce soit ses partenaires d’activité ou ses proches («il faut toujours avoir son portable avec soi», rappelle le docteur Cahane). Il faut évidemment en parler en amont avec le spécialiste qui vous suit.

Et après l’effort, le réconfort? Oui… mais la vigilance aussi. Si, après l’exercice, le sportif atteint de diabète doit se rehydrater rapidement, il doit surtout éviter tout risque d’hypoglycémie. «Un effort physique peut avoir des répercussions sur la glycémie plusieurs heures après qu’il a eu lieu. Sa mesure doit être très attentive après l’exercice.»

Stéphane Albert

>>> Retrouvez l'intégralité de notre dossier Mieux vivre avec son diabète